Carton noir juin 2014

12 juin 2014

thumb.php

Il est 15h14 (heure locale) à São Paulo. Coup d’envoi de la Coupe du Monde de Foot.

Il est 23h14 à Sialko au Pakistan. Monazza (prénom choisi au hasard) – abrutie de fatigue – dort enfin. Monazza vend sa force de travail à Forward Sports. Pour 74 euros par mois (inférieur au revenu moyen par habitant), 8 heures par jour, 6 jours par semaine, elle et 1800 autres ouvrières et ouvriers ont confectionné les ballons officiels de la Coupe du monde. Un enfant de Monazza souhaite acheter un de ces ballons ? Pas de problème, Adidas lui facturera 140 euros. Avec le port cela équivaudra à deux mois de labeur de sa mère…

pakistani-factory-makes-world-cup-official-football5-595x397-c5a5c

Il est 14h14 à Manaus. Emerson ne regarde pas la cérémonie à la télé. Il n’a pas de télé… Touchant un salaire minimum quatre fois inférieur au SMIC français, il achète pourtant ses aliments à un prix équivalent de ceux pratiqués en France. Idem pour les transports en commun. Avec son salaire de 244 euros, Emerson n’habite pas dans un deux-pièces à 1000 euros de loyer mensuel (prix moyen dans les grandes villes brésiliennes sans compter les frais d’électricité, d’eau ou de chauffage) où il aurait pu mettre la télé qu’il n’a pas. Ses enfants sont à l’école. Ecole publique sans matériel, dans une classe surchargée par manque d’enseignants.

Emerson voudrait être à Sao Paulo. Pas pour la coupe d’immondes qui a coûté la bagatelle d’environ 11 milliards d’euros soit l’équivalent de quelques 45 082 000 salaires minimums.

Emerson voudrait être à São Paulo, dans la rue, à crier sa colère au milieu des manifestants.

fd2c693b5963de41e3e090d14f8d222a-3-628-417-3902702

15 juin 2014

Il est 16h 45 (heure locale) à Porto Alegre. La France, par le pied de Benzema, vient de marquer un pénalty.

Il est 21h45 en France. Les aficionados du ballon rond se congratulent en oubliant  pour un moment la juste grève des cheminots.

Il est 21h45 dans les territoires occupés. Les Palestiniens sont encore sous le choc du raid de l’armée israélienne venue kidnapper 46 personnes à Hébron, 23 à Naplouse, 16 à Ramallah, 12 à Jénine, quatre à Bethléem, cinq à Tulkarem, cinq à Qalqiliya, cinq à Jérusalem, six à Tubas, et deux à Salfit.

Il est 22h45 en Irak. La population se demande qui remportera le match : « L’Etat islamique en Irak et au Levant » ou les Chiites au pouvoir ? Le président iranien, Hassan Rohani, propose son aide au gouvernement irakien. Les Iranien aficionados du ballon rond se demandent si, le lendemain, l’équipe iranienne battra l’équipe du Nigeria.

Il est 20h45 au Nigeria. 3 jours plus tôt un attentat attribué à Boko Haram a fait 13 victimes. La cible : un viewing center (télé à écran géant proposée par un propriétaire friqué à des spectateurs afriqués (a privatif) contre le peu de fric qu’ils ont) au cours du match d’ouverture de la Coupe du Monde. Mais le 15 juin, à 20h45 au Nigeria, les aficionados du ballon rond se demandent si, le lendemain, l’équipe nigériane battra l’équipe d’Iran. Et quelques propriétaires de viewing centers, si la recette sera bonne.

25 juin 2014 :

Il est 18h50 (heure locale) à Rio. Ouf, la France est qualifiée pour les huitièmes de finale.

On oublie le gouvernement complètement disqualifié, le score fleuve du chômage, l’équipe du Medef qui a acheté l’arbitre, l’équipe de la Sociale qui oublie son aile gauche.

On s’en fout, la France est qualifiée. On oublie le jeune Rom lynché par une bande de sombres connards dignes du KKK. On oublie la vie de plus en plus dure pour tous les « différents ». On oublie les migrants de Calais dans la nature depuis le 28 mai jour de l’évacuation par les flics de leurs camps de misère. On oublie la montée des nationalistes et des nostalgiques du pas de l’oie. On oublie la société de plus en plus policière. On oublie le racisme anti jeunes d’origine maghrébine à qui on voudrait presque imposer un couvre-feu les soirs de match de l’Algérie.

On s’en fout, la France est qualifiée. On oublie l’Ukraine puisqu’on les a battus 3 à 0. « Et un et deux et trois-zéro ! » On oublie Poutine puisque la Russie est éliminée.

On s’en fout, la France est qualifiée. On oublie TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) qui est à l’économie ce que l’OTAN est à la diplomatie. On oublie L’Europe des marchands de malheurs. On oublie la ruine des luttes sociales. On oublie les retraites qui s’éloignent tandis que la précarité avance.

Comme le disait Karl Marx :  « La Coupe du Monde est l’opium du peuple »

Du pain et des jeux, du sport spectacle pour l’abrutissement des masses.

cirque

Biscotte

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *