Vals avec un seul « l »…

Août 1917, les travailleurs espagnols se lancent dans une grève générale… Parmi eux, un jeune ouvrier mécanicien prône l’insurrection ouvrière et le sabotage. La grève générale est réprimée dans un bain de sang. Au sein de l’UGT (Union General de Trabajadores), on a pas vraiment l’esprit révolutionnaire : le jeune mécano est viré alors que les soldats le recherchent… Il vient alors se réfugier en France. Buenaventura Durruti, puisqu’il s’agit de lui, est accueilli par les anars. Il rencontre Sébastien Faure, Louis Lecoin, des membres de la CNT en exil et trouve le temps d’un air de guitare à Vals (avec un seul « l »)-les-Bains dans le sud ardéchois…

Buenaventura Durruti de passage à Vals le 1er septembre 1918. Photo extraite du livre "Durruti dans la révolution espagnole" d'Abel Paz

Buenaventura Durruti de passage à Vals le 1er septembre 1918. Photo extraite du livre « Durruti dans la révolution espagnole » d’Abel Paz

Merci à Fabien pour cette info.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *