Archives par étiquette : pouvoir

Non à l’état d’urgence permanent. Communiqué

http://www.federation-anarchiste.org/ relations-exterieures@federation-anarchiste.org

   Contre les lois répressives, liberticides et autoritaires, organisons-nous et luttons !

Après seulement deux mois entre l’écriture, la présentation et les « négociations » entre député-e-s et sénateurs/trices, la loi « anti-terroriste » a été adoptée définitivement ce mercredi 18 octobre par le Sénat suite à son adoption par l’Assemblée nationale le 11, pour une entrée en vigueur le 1er novembre et la fin du régime d’exception de l’état d’urgence. Concrètement, les mesures liberticides et autoritaires contenues dans ce dernier passent dans le droit commun. On n’aura jamais vu un gouvernement aller aussi vite pour faire voter une loi attentant autant aux libertés individuelles : perquisitions administratives, assignations à domicile, agrandissement des zones frontalières pour augmenter les contrôles sans l’approbation d’un juge, instauration d’un périmètre de protection, écoutes des communications hertziennes (en plus des numériques), mises sous surveillance facilitée, mise en place du fichier des passagers aériens. On notera que la plupart de ces mesures seront prises sous l’autorité des préfets ou du ministre de l’intérieur, tous nommés par l’État, et non plus sous la tutelle des juges.
Après 2 ans sous le régime d’exception de l’état d’urgence et un bilan plus que mitigé, le gouvernement utilise encore et toujours la peur pour entraver les libertés des personnes. Ainsi, alors que ces mesures n’ont nullement empêché de nouveaux actes terroristes, elles ont, à l’inverse, permis à l’ État d’accentuer sa répression, et de fait, son autoritarisme, contre les mouvements contestataires (anti-cop21, contre la loi El Kohmri, contre la loi travail 2…).
L’État, ayant, par ailleurs, bien retenu la leçon des précédentes tentatives de lois répressives, a
instauré une « clause d’autodestruction » de sa nouvelle loi « anti-terroriste » (date de fin prévue le 3 décembre 2020, si le gouvernement ne trouve plus les mesures « nécessaires »). En vertu de cette même clause, ces mesures prennent un caractère expérimental et n’ont donc plus besoin d’être présentées devant le Conseil constitutionnel. Ce dernier, rappelons-le, avait interdit certaines des mesures de la loi instituant en 2015 l’état d’urgence jugées contraire aux libertés publiques.
Ce sont donc ces mesures interdites, qui sont réintroduites dans la nouvelle loi et se retrouvent, de fait, dans le droit commun sans recours possible. On ne peut malheureusement pas douter que l’État trouvera toujours une bonne « raison » pour renouveler tout son petit arsenal autoritaire et liberticide dès l’approche de la date butoir d’autodestruction.
Dans le même temps, le gouvernement multiplie les attaques sociales (déconstruction / destruction du Code du travail facilitant les licenciements, la précarité et la suppression des CHSCT -Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail- dans le secteur privé, plafonnement des indemnités de licenciements, baisse des aides aux logements, gel des salaires des fonctionnaires, augmentation de la CSG – Contribution Sociale Généralisée – pour les retraité-e-s et les fonctionnaires …), engendrant une grogne grandissante de la population et nombre de mouvements sociaux, et se protège par la mise en oeuvre de mesures particulièrement autoritaires et liberticides pour mater et museler toute opposition à un État exerçant sa toute puissance au service des plus riches.

Contre les lois répressives, liberticides et autoritaires, organisons-nous et luttons !

20 octobre 2017

En avant, marche !

Article publié le 30 mai sur le Monde libertaire sur la toile

C’est l’histoire d’un Monsieur Lambda qui a pour toutes richesses un loup, une chèvre et un chou. Y a une rivière avec de la flotte. Une barque… Et la possibilité pour Monsieur Lambda de faire traverser une seule de ses « richesses » à la fois.
Cruel casse-tête… Comment faire pour ne pas laisser seuls, en tête à tête, la chèvre et le loup, le chou et la chèvre sinon gros problème. Continuer la lecture

Splendeur et misère des courtisan-e-s.

Un seul mot résume cette présidence : la dégradation. Tout s’est dégradé. Je ne parle pas d’une note. Je ne parle même pas des comptes publics. Je parle des conditions de vie, des comportements, tout simplement de la situation du pays. A l’injustice dans les choix, l’incohérence des décisions se sont ajoutés l’accaparement du pouvoir et la connivence avec les puissants, avec ce paradoxe ultime que la volonté d’omnipotence débouche sur un aveu d’impuissance.

Je viens d’agir malhonnêtement… j’aurais dû user de guillemets, mettre le texte ci-dessus en italique. Continuer la lecture

État de terrorisme – La bourse aux alibis

article publié le 22 mars sur monde-libertaire.net

Pensées solidaires pour les victimes et leurs proches. Journée sombre.

« C’est vraiment dégueulasse. »
Un peu comme si Michel (Jean-Paul Belmondo) avait exporté sa mort sur le pavé parisien vers le bitume de Bruxelles. A bout de souffle…
Le « Côté obscur de la Force » a frappé. Sauvagement, pour faire entrer des gens dans une histoire qui n’est pas la leur, pour faire mal aux peuples et pour défier leurs gouvernements. En réaction, les gouvernements du « Côté lumineux de la Force » vont appeler à l’unité nationale.

Autrefois, dans ces cas-là, on sonnait le tocsin et ça, depuis 1570 à l’époque « bénie » des guerres de religions. Des gens montaient la garde dans le clocher de certaines cathédrales. Histoire de voir si quelque chose clochait.
Le seigneur alors usait de ses pouvoirs régaliens pour gérer la crise au mieux de ses intérêts.
Mais ça, c’était quand le peuple devait obéissance au seigneur en échange d’une certaine sécurité. Le féodalisme a ensuite perduré avec la grande truande qui « protégeait » ses victimes contre « impôts ». Les États font à peu près la même chose… « En matière de racket, je ne reçois que les envoyés de M. Giscard d’Estaing. » disait Paulo les Diams (Jean Gabin) à deux truands venus le menacer.

« C’est vraiment dégueulasse. »
Et le gouvernement français va user de son pouvoir régalien pour répondre à toutes ces forces obscures qui le menacent.
Ainsi, pour lutter contre la menace terroriste, l’État va certainement :

Continuer la lecture

“La Guerre, le Pouvoir, l’Hégémonie … A qui profitent les crimes et que faire ?” (Y. MICHEL)

Un lecteur du blog nous a envoyé le texte ci-dessous. Bonne lecture.

“La Guerre, le Pouvoir, l’Hégémonie …

A qui profitent les crimes et que faire ?”

Au matin du Vendredi 13 Novembre 2015, journée de la gentillesse à Paris, outre le match amical France-Allemagne au stade de France, outre le rappel, en exemple, des punitions exemplaires réservées aux salariés « fauteurs de troubles » d’Air France : licenciements et jugement en correctionnelle à venir ; … Il était annoncé médiatiquement une fermeture des frontières et un contrôle accru destiné à empêcher l’organisation de Blacks Blocs pendant la COP 21 ! Continuer la lecture