Archives du mot-clé flics

Carte postale de par ici.

Moi, le matin quand je me regarde dans un miroir, quand je me mets à réfléchir avec lui… je me trouve une tête de bavure. C’est plus fort que moi.

Alors, quand je déambule sur la voie publique, c’est épidermique, la présence de nobles représentants des forces d’un ordre ne me rassure pas du tout. Difficile de se sentir en sécurité avec des gus arme à la bretelle. Et puis, sûr que nous ne sommes pas dans le même camp… Lire la suite

Justice de merde, quand même ! (Des nouvelles d’Aurélien…)

Reçu d’Aurélien la lettre suivante :

La cour d’appel de Nîmes a donc prononcé ma relaxe hier après une audience où le pitoyable dossier des flics s’est joyeusement effondré de lui-même.

Suis-je heureux de ce jugement ? Franchement non. Je suis tout juste soulagé. Lire la suite

Police, menottes procès. Le retour du mangeur de frites…

Chers tou.te.s,

je viens vous donner des nouvelles du procès que me fait la police.

Le 11 mai, je suis convoqué à Nîmes pour être jugé en appel pour « violence sur agent de la force publique ». L’heure de retourner devant un tribunal a donc de nouveau sonné pour moi. Lire la suite

« S’ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau » 18 mai 2015

Le 27 octobre 2005, deux jeunes effrayés par une meute de flics foncent en direction d’un site EDF… « S’ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau » dit un flic ordinaire sur Radio Flic à une apprentie flic.

« S’ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau »…  Un pronostic et pas de réaction… Relax, les flics…

Bouna Traoré et Zyed Benna sont morts électrocutés après avoir escaladé une porte pour se cacher dans un local sans savoir que… s’ils rentraient sur le site EDF…

Pas chères leurs vies…Zyed Benna (left) and Bouna Traore

 

 

Aujourd’hui, lundi 18 mai, les deux Monsieur et Madame « Flic Relax » sont relaxés par le tribunal correctionnel de Rennes.

No comment, juste envie de gerber.

Un cogne, ça cogne. C’est à ça qu’on l’reconnaît… (13 mars)

Trouvé sur le blog du groupe Salvador Seguì (lien colonne de droite)

La violence de la police est quotidienne lors des contrôles qui mènent bien souvent, sous n’importe quel prétexte, à une garde-à-vue et, pour ceux et celles qui n’ont pas les bons papiers, au centre de rétention. Dimanche 7 mars 2015 lors d’une énième opération de contrôle à Barbès (Paris), les flics du quartier ont arrêté A. après l’avoir tabassé. Il est aujourd’hui enfermé au centre de rétention de Vincennes et raconte comment s’est déroulée son arrestation et la garde-à-vue :

Lire la suite