Archives du mot-clé fachos

Charlottesville, l’extrême droite tue … une fois de plus. Communiqué

Charlottesville, l’extrême droite tue … une fois de plus

Une fois de plus, l’extrême droite nous montre son vrai visage de haine.

Samedi 12 août 2017 à Charlottesville, aux États-Unis, une voiture conduite par un participant à la « marche des suprémacistes blancs » a foncé sur la manifestation antiraciste, tuant Heather Heyer, 32 ans, et blessant 34 personnes.

La veille au soir, déjà, lors d’une marche au flambeau rassemblant au cours de laquelle s’étaient rassemblés des groupuscules néonazis, identitaires, suprématistes blancs sur le campus de la ville,ils avaient ouvert les hostilités en attaquant étudiant-e-s et habitant-e-s de la ville qui s’opposaient à ce rassemblement.

Le 12 au matin, plusieurs centaines d’extrémistes de droite se sont rassemblés pour protester contre le déboulonnement prévu d’une statue glorifiant un général esclavagiste sudiste. Certains d’entre eux, pour l’occasion, étaient habillés en tenue paramilitaire, armes semi-automatiques en bandoulière, d’autres étaient armés de boucliers et matraques en tout genre. Des affrontements ont éclaté un peu partout autour du lieu du rassemblement avant même son commencement entre extrémistes de droite et militant-e-s antiracistes. Suite à cela, ce même rassemblement fut enfin interdit et évacué. C’est peu de temps après l’annonce de l’annulation que l’extrémiste de droite a décidé de foncer délibérément sur la foule antiraciste.

Aux USA, comme en France, les groupuscules d’extrême droite décomplexés se sentent tout-puissants grâce notamment aux victoires électorales, n’hésitant plus à attaquer et tuer des militants antiracistes

Rappelons que Trump a été élu grâce à cette Amérique blanche raciste des États du Sud. On peut noter qu’à l’annonce de l’assassinat la première allocution de Trump visait à condamner la violence qu’il y avait eu de part et d’autre, sans faire mention de l’assassinat et tentative de meurtre volontaire sur les manifestants anti-racistes, comme si la défense des libertés était du même ressort que son attaque.

Ce n’est que deux jours plus tard et sous la pression populaire et internationale, que Trump décide à contrecœur de condamner cet acte et de sembler reconnaître que « le racisme, c’est mal ». Mais encore deux jours plus tard, le 15 aout, Trump réaffirme sa première vision des choses, rejetant dos à dos les nervis d’extrême droite et les antiracistes, ajoutant même qu’un des deux camps (celui des fachos) était venu manifester pacifiquement. La nouvelle intervention du président des États-Unis a été aussitôt saluée par un ancien responsable du Ku Klux Klan, David Duke, qui a vanté son « courage » pour avoir mis en cause selon lui « le terrorisme gauchiste » du mouvement Black Lives Matter né en réaction contre les violences policières subies par les Afro-Américains. On voit nettement où vont les préférences du nationaliste raciste Trump.

Le gouverneur de l’État (la Virginie), le démocrate Terry McAuliffe a condamné en revanche clairement et immédiatement l’attentat, déclarant les suprématistes indésirables : « Nous ne voulons pas de vous ici. « Vous n’êtes pas les bienvenus dans ce grand État. Vous êtes la honte. » Il avait déjà appelé à ne pas participer à ce rassemblement Unite The Right aux idées « abjectes ». Même ce catho de droite, qui le 7 juillet dernier a refusé la grâce à William Morva malgré sa soi-disant conviction contre la peine de mort, a fait mieux que la classe politique française dans son ensemble dont on notera sans surprise le silence assourdissant s’agissant de condamner cet acte clairement raciste et attentatoire à la liberté.

La Fédération anarchiste tient a apporter tout son soutien aux victimes et aux familles de cet acte raciste, barbare et rappelle que la lutte contre tous les racismes doit continuer plus que jamais partout dans le monde.

Solidarité antiraciste internationale !

Fédération anarchiste

16 août 2017

Attentat terroriste d’extrême droite aux USA. Le silence des États.

Épisode 1 :

Samedi 12 août. « Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties »… par ces mots, le président étasunien Trump renvoie dos à dos le camp de la haine et celui des antiracistes…

Difficile pour ce milliardaire populiste de cracher sur le fumier qui l’a porté au pouvoir suprême.

Épisode 2 :

Lundi 14 août. «Le racisme est un fléau et ceux qui commettent des violences en son nom sont des criminels et des brutes, y compris le KKK, les néonazis, les suprémacistes blancs et autres groupes de la haine qui sont répugnants pour tout ce que nous chérissons en tant qu’Américains»,  Discours lu sur un téléprompteur.

Trump tente de se racheter, tant pis pour ses milices d’électeurs.

Épisode 3 :

Mardi 15 août. « Je pense qu’il y a eu des torts des deux côtés et je n’ai aucun doute à ce sujet. J’ai condamné des groupes très différents, mais tous ces groupes n’étaient pas des néonazis. Croyez-moi, ils n’étaient pas tous des suprémacistes blancs« .

Nouveau volte-face, Trump vient de se rappeler qu’il était soutenu par les racistes nostalgiques de l’esclavage et de la ségrégation.

C’étaient « les gesticulations tragicomiques d’un président ayant poussé sur du fumier »…

Les groupuscules racistes se frottent les mains : Le matamore de la Maison Blanche leur a lancé un message d’encouragement. Les gros cons surarmés pourront continuer à parader en arborant saluts nazis et drapeaux confédérés.  Trump a choisi de garder le soutien de l’extrême droite suprémaciste, raciste, patriarcale, sectaire.

Le parti républicain joue au « c’est pas nous, c’est lui » mais…

Depuis l’élection de « Donald Dick », les représentants de ce parti ne se sentent plus :

En Floride, le sénateur Républicain George Gainer voudrait, dans certaines conditions, permettre aux automobilistes de renverser les manifestants pour les empêcher de bloquer les rues.

Dans le Tennessee, il s’agirait de protéger les conducteurs qui blesseraient des manifestants, une sorte de permis de foncer dans la foule.

Samedi 12 août, L’extrême-droite raciste, suprémaciste, néo nazie a assassiné une manifestante antiraciste. Elle s’appelait Heather Heyer, elle avait 32 ans. Elle luttait pour un monde où la vie triompherait.

Pour notre survie, nous devons détruire leur monde, la suprématie d’une couleur de peau sur une autre, le patriarcat, le capitalisme, les religions et les États.

[Heather Heyer n’était pas membre des IWW contrairement aux informations erronées ayant pu circuler brièvement sur les réseaux sociaux] info issue d’une déclaration des IWW reproduite ci-dessous, traduite et mise en ligne par Théo Roumier https://blogs.mediapart.fr/theo-roumier/blog/140817/charlottesville-nous-devons-nous-unir-nous-defendre-nous-memes-et-ensemble

Déclaration des Industrial Workers of the World (IWW), organisation syndicaliste révolutionnaire, et plus précisément de sa branche dédiée à la lutte antifasciste, le  GDC (General Defense Comitee).

Déclaration du GDC-IWW sur Charlottesville

Après le meurtre d’aujourd’hui, nous devons nous unir, nous défendre nous-mêmes et ensemble.

Minneapolis, Minnesota – 12 août 2017
À Charlottesville, une coalition de groupes fascistes a tenu un rassemblement, “Unite The Right”, où un meurtre de plus a été commis. Un fasciste a lancé sa voiture à pleine vitesse, percutant d’autres véhicules transformés de fait en arme ciblant les manifestant.es antiracistes.
Ce soir, une femme de 32 ans [Heater Heyer] est morte, de nombreux autres sont blessé.es.
Nous sommes horrifié.es mais nous ne sommes pas surpris.es de l’irruption de la violence politique venant de l’Alt-Right comme d’autres groupes fascistes à travers le pays. Le meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes. Parmi beaucoup d’autres, pensons notamment aux tirs ayant visé un membre du GDC-IWW à Seattle, au double meurtre au couteau du train de Portland, à l’attentat à la bombe contre la Mosquée Dar Al Farooq dans le Minnesota.
Le fascisme est une menace mortelle pour chacun.e d’entre-nous. Nous devons y faire face et il n’y a pas d’échappatoires. Ce ne sont ni les politiciens, ni la police, ni même l’Université qui nous en prémunirons. Nous ne trouverons pas dans les urnes le chemin vers la sécurité. Comme toujours, les forces de police ont aidé et protégé les fascistes, laissant faire et contribuant largement aux violences à l’encontre des contre-manifestant.es. La direction de l’Université a refusé de recourir aux services de sécurité pour protéger les étudiant.es et les autres manifestant.es d’un gang composé de centaines de fascistes.
Le General Defense Committee (GDC) appelle toutes les personnes attaché.es à la vie humaine, à la liberté, à la dignité, à rejoindre la lutte contre le fascisme de toutes les manières possibles. À apporter leur solidarité financière à celles et ceux qui ont survécu au crime fasciste d’aujourd’hui et à leur famille. À échanger avec vos familles et amis, avec vos collègues et voisins, et à trouver des moyens pour, concrètement et directement, battre en brèche la haine fasciste partout où elle s’exprime.
Si vous le pouvez, rejoignez votre groupe local du GDC ou tout autre groupe antifasciste. C’est sans doute une nouvelle étape qui nous attend dans notre combat. Nous sommes déterminé.es à en relever les défis. Nous battrons et vaincrons les fascistes. Nous devons nous défendre les un.es les autres et pour cela nous avons besoin de tout le monde.
Une injustice faite à l’un ou l’une est une injustice faite à toutes et tous.
The General Defense Committee (GDC) of the Industrial Workers of the World (IWW)
Soutien financier :

Un témoignage relayé par les IWW :

Ce qui suit est le témoignage d’un membre des GDC-IWW qui était à quelques mètres des victimes de l’attaque meurtrière du samedi 12 août. Nous tenons à signifier que nous n’avons entendu parler d’aucun membre des IWW ou des GDC gravement blessé ou mort suite à l’attaque. Nous demandons instamment à toutes et tous de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir les blessés et la famille de Heather Heyer [qui n’était pas membre des IWW contrairement aux informations erronées ayant pu circuler brièvement sur les réseaux sociaux].
« Hier, celles et ceux d’entre nous qui étaient à Charlottesville ont été témoins du meurtre d’Heather Heyer et de l’attaque fasciste qui en a blessé beaucoup d’autres sur Water street. Ce n’était pas un accident. J’étais à six mètres et j’ai vu ce raciste lancer sa voiture dans une autre, la percutant et provoquant un carambolage, pulvérisant les vitres et renversant les personnes qui étaient sur sa trajectoire. J’ai vu les corps. J’ai entendu les hurlements.
Les camarades et les ami.es du General Defense Comitee de Raleigh-Durham présent.es à Charlottesville sont toutes et tous en sécurité. Même si les récits – tirés de vidéos où l’on distinguait nos drapeaux IWW – ont pu nous situer à proximité de l’attaque, aucun.e membre des IWW n’a été tué. Mais nous sommes toutes et tous profondément heurté.es par ce que nous avons vu et entendu et beaucoup d’entre nous choisissent, pour l’heure et pour les jours qui viennent, de prendre du temps et de se ménager car une longue lutte nous attend.
Je ne suis pas juste “attristé” ou perturbé par ce meurtre de sang froid. J’en suis malade et j’en ai le cœur brisé. Je sais l’importance de cette attaque, non seulement parce que je l’ai vu de mes propres yeux, mais aussi parce que nous connaissons l’Histoire, et que nous ressentons jusque dans nos chairs que cette attaque nous visait toutes et tous ainsi que toute la classe ouvrière. Ça n’a pas commencé à Charlottesville et ça ne s’arrêtera pas là. Dans la période que nous traversons, même les victoires les plus modestes de la classe ouvrière – et particulièrement des immigré.es et gens de couleur – sont insupportables à la suprématie blanche et à l’Amérique capitaliste. C’est ce qui engendre les terribles violences s’abattant sur nos communautés. Une violence qui provient d’acteurs non-étatiques mais organisés comme la Ligue du Sud et le Mouvement national-socialiste et qui peut compter sur des rouages d’État tels que l’Immigration and Customs Enforcement (ICE – Agence et police de l’immigration), les forces de police ou le Département de l’injustice.
Voilà pourquoi le GDC-IWW était à Charlottesville, et voilà pourquoi nous comptons bien continuer à battre le pavé. Plus important encore, voilà pourquoi nous nous organisons sur nos lieux de travail et dans nos quartiers, mutualisons les actions et les énergies, animons des projets de justice alimentaire, et nous dressons avec d’autres combattant.es de la liberté organisés contre l’ICE et la prison du comté de Durham, comme Alerta migratoria et l’Inside-Outside Alliance.
Comme la plupart des autres membres du GDC-IWW, je suis convaincu que le pouvoir de la classe ouvrière organisée est le plus puissant et même le plus sûr moyen de vaincre le fascisme. Ce fascisme qui nous menace aujourd’hui mais qui reste un produit inévitable de la suprématie blanche et du capitalisme en Amérique.
Ni les rassemblements pétris de bon sentiments et dénonçant à distance « ces gens-là », ni même les accès de colère individuels ou les déclarations d’intentions ne suffiront. Si vous voulez prendre part à cette lutte, nous vous invitons à rejoindre une organisation qui appuie son antifascisme sur l’action directe, de préférence en l’inscrivant plus largement dans le combat anticapitaliste. Le GDC-IWW, auquel j’appartiens, est justement une telle organisation. »

C’était un temps déraisonnable. (Novembre 2015)

Monsieur ou Madame Lambda sort de son supermarché avec quelques poignées de minutes de retard. Sans regret, c’était pour la bonne cause… Une fouille effectuée par des militaires en tenue camouflée. Monsieur ou Madame Lambda a ri intérieurement : pour passer inaperçu dans un temple de la consommation, la tenue « tempête du désert », ce n’est pas gagné. Mais comment être plus voyant qu’en arborant une tenue camouflée. Et le but de ces gens d’armes n’était-il pas de se faire remarquer…
Pour que les gentil-le-s Messieurs et Mesdames Lambda se sentent en sécurité. Et pour effrayer les méchant(e)s de l’Anti-France. Lire la suite

Besançon, attaque facho contre une librairie anar (octobre 2015)

autodidacte-libertaire-bisontinReçu du groupe Proudhon de la Fédération anarchiste :

Dans la nuit du 17 au 18 octobre, vers 2h du matin,, un groupe de fascistes a attaqué la librairie L’Autodidacte (5 rue Marulaz, à Besançon). Ce lieu est un espace de rencontre et de débats ouvert à l’ensemble du mouvement libertaire de la ville. C’est aussi la librairie du groupe Proudhon de la Fédération anarchiste.

Depuis le début, la librairie est ouverte aux militantes et militants alternatifs de Besançon et reste en lien avec la vie du quartier. Ainsi elle a hébergé divers projets et continuent de mettre à disposition ces murs pour la CNT, le Resto Trottoir et, dernièrement, une AMAP libertaire.

Des conférences y sont organisées, des rencontres avec des auteurs, des concerts, des projections, etc. La librairie se veut être un vecteur d’une culture populaire alternative, combative et libertaire.

C’est donc en tant que telle qu’elle a été attaquée par des fascistes qui s’en prennent à la culture et aux espaces de liberté.

L’attaque a eu lieu en marge des rencontres Alternatiba et nous devons remercier les personnes présentes d’avoir réagi rapidement afin d’éviter le pire. En l’état actuel, les volets de protection et la porte vitrée ont été cassés mais il n’y a aucune dégradation à l’intérieur de la librairie.

Parce que le fascisme ne doit pas prendre du terrain et pouvoir s’exprimer dans la rue, nous vous appelons à manifester votre soutien devant la librairie, 5 rue Marulaz, à Besançon.

La fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève !


la commune rennes

Les fachos n’aiment pas les librairies anars. En mars dernier, c’est la librairie « La commune » des anars de Rennes qui se prenait un pavé dans la vitrine au cours d’une permanence. Et puis  il y a peut-être trois ans, c’est le copain L. – militant de la Fédération Anarchiste et permanent à la  librairie publico qui s’est fait gazer à bout touchant par un individu au cri de « Mort aux anarchistes! ».

Publico_devanture2

Les fachos n’aiment pas les librairies qui vendent des livres qu’ils ne liront pas.

Les fachos n’aiment pas les livres qui parlent de liberté.

Les fachos n’aiment pas les livres.

Les fachos n’aiment pas.

Remake puant

Ça se passe dans le sud de l’Ardèche. Malbosc, le 12 juillet, un dimanche matin jour de marché. Dans le hangar à prières du village, un concert classique.

Et dans la rue qui mène au centre du petit village, une bande de sombres connards en uniforme. Scouts toujours prêts. Sur le bras, un écusson avec la fleur de lys : des scouts d’Europe qui se définissent comme adhérents à un mouvement de jeunesse profondément attaché à la tradition catholique, mouvement traditionaliste, certains disent intégriste, d’autres peuvent employer le terme fondamentaliste. Jésus akbar !

Ils sont dans le secteur pour une quinzaine de jours, avec l’appui de militants d’extrême-droite que l’on retrouve candidats FN sur Carpentras ou Aix-en-Provence. Ça pue le corbeau marchant au pas de l’oie. On dirait un remake des Jeunesses Hitlériennes.

Pour faire führer rien ne vaut un flingue et un haut parleur...
Pour faire führer rien ne vaut un flingue et un haut parleur…

Absents dans le secteur au moment des faits, nous ne l’avons appris que dernièrement. Les pandores ont été prévenus dès le lendemain. Depuis un grand silence de ceux qui ont vu.

C’est moins le bruit des bottes qu’il nous faut craindre aujourd’hui que le silence des pantoufles…

Biscotte