Archives par étiquette : écologie

l’aéroport NDDL est mort, vive la ZAD Communiqué de la Fédération anarchiste

L’aéroport NDDL est mort, vive la ZAD

Le gouvernement abandonne le projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, ce qui est une grande victoire. Il n’en reste pas moins que le recours à la force publique est bel et bien toujours d’actualité, le premier ministre, Édouard Philippe, ayant donné comme ultimatum jusqu’au 30 mars aux occupants « illégaux » pour quitter les lieux. Donc ne tombons pas dans l’euphorie générale en applaudissant des deux mains cette décision et ré-affirmons notre soutien aux occupant-e-s de la ZAD et leurs revendications :

-La nécessité pour les paysan-ne-s et habitant-e-s expropriés de pouvoir recouvrer pleinement leurs droits au plus vite.

-Le refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.

-Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la ZAD par le mouvement dans toute sa diversité – paysans, naturalistes, riverains, associations, anciens et nouveaux habitants.

La Fédération Anarchiste

17 janvier 2018

ZAD warum ! 17 janvier 2018

Les bétonneurs ne planteront pas leur aéroport au milieu des bocages. La lutte a fini par marquer un point. L’État a dû renoncer mais gare… l’État est rancunier. Car l’État ne doit sa survie qu’à la crainte qu’il inspire aux individus. Gare aux expulsé.e.s pour l’exemple.

Pourquoi il va falloir prendre son bâton pour faire barrage aux expulsions ? Tout simplement pour montrer que cette résistance au projet des bétonneurs n’est pas un simple cri « Pas chez nous ». Si ZAD il doit y avoir, elle doit être partout. Libre circulation des individus. Libre installation sur des terres qui ne demandent qu’à vivre pour un projet à multitude de visages humains,

la planète court à sa perte à cause de l ‘économie capitaliste, Faisons l’économie du capitalisme.

 

Communiqué de la Fédération Anarchiste suite à la nouvelle vague de répression à Bure

La Fédération Anarchiste soutient les initiatives prises depuis longtemps à Bure contre l’enfouissement, dans des conditions inopérantes pour des dizaines de milliers d’années, de déchets nucléaires en « couche profonde ». Continuer la lecture

Retour sur la manif contre Center Parcs à Poligny : le 17 juin, des bulles ont éclaté !

De notre envoyé spécial :
Suite à l’appel que nous avions lancé début juin, nous étions près de 300 personnes à nous rassembler et à manifester samedi 17 au matin à Poligny pour réaffirmer notre opposition à Center Parcs et son monde. Si un journaliste n’ayant pas suivi la manifestation n’y a vu « qu’une petite mobilisation de 100 personnes » quand son confrère en comptait le double, on peut affirmer qu’il y avait longtemps qu’un cortège n’avait pas battu le pavé à Poligny et que ce fut une réussite : Derrière la banderole « Financières ou tropicales : non aux bulles du capital », cette toute première manif’ de la lutte contre un Center Parcs à Poligny a rempli son objectif de mobilisation. S’il a fallu quelques instants pour que le cortège composé de Jurassien.ne.s et de personnes venues d’autres horizons (un salut amical aux ami.e.s du quartier libre des Lentillères à Dijon !) se mette à serpenter dans les rues de Poligny, il a permis à la population d’exprimer son mécontentement dans la joie et la bonne humeur !

Pierres et vacances…

Après un parcours ponctué de quelques étapes où nous avons parfois crié, souvent chanté et beaucoup ri, la cohorte bariolée de nos différences et de ce qui nous unit a investi la cour de la mairie. Le temps de rappeler en musique au premier magistrat de la ville (présent dans la mairie), Dominique Bonnet, que ses décisions dictées par la multinationale Pierre & Vacances ne sont pas les nôtres, en aucun cas.
Des manifestant.e.s allant même, avec détermination, jusqu’à faire éclater… des bulles de savon !

Puis, rassemblé.e.s à notre point de départ, place des Déportés, ont eu lieu les prises de paroles, qu’elles concernent des oppositions à Center Parcs ou à d’autres projets d’infrastructures capitalistes aussi
nuisibles que dispensables. Des opposants au Center Parcs de Roybon à ceux de Bure, en lutte contre le projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires en passant par les collectifs en lutte contre l’A45
entre Lyon et Saint-Étienne, nous avons pu échanger les dernières nouvelles et les rendez-vous à venir !

Après un picnic partagé sur le site menacé, l’après-midi s’est déroulée dans le bois des Tartaroz où différentes activités se sont tenues dans une ambiance joyeuse et sous un climat très agréable (29°) mais non
aseptisé : balade au cœur du périmètre convoité par Center Parcs et animée par des naturalistes de Jura Nature Environnement et des syndicalistes forestiers, suivie d’une table ronde consacrée aux menaces qui pèsent sur nos forêts, promenades à dos d’ânes, projection de photos animalières par Julien Arbez, tables de presse du Collectif Jurassien d’Opposant.e.s à Center Parcs et du Pic Noir, restauration végétalienne
concoctée par le Resto Trottoir de Saint-Claude avant que plusieurs groupes de musique n’accompagnent cette fin de journée  jusque tard dans la nuit : le Chœur ouvrier de La Fraternelle, qui nous a ému et qui a
souligné la qualité de l’écoute, les danses folk endiablées proposées par les Vieilles Fins, la poésie critique de C._&_O., pour finir par la Kritik Noire (anarchopunk/Jura) et les pogos énergiques et tendres des René Binamé (chansonnette anarchopunk/Belgique).

Le lendemain, la coordination inter-sites « Center Parcs : ni ici, ni ailleurs ! » (Poligny, Le Rousset, Roybon, mais aussi Lyon, Valence, etc.) se réunissait au même endroit, réaffirmant sa détermination à lutter ensemble et préparant la suite des événements…

 » à Roybon ! à Roybon ! »

Moins médiatisée que la ZAD de la dame des Landes, pas très loin de par ici, la ZAD de Roybon, installée pour lutter contre l’implantation d’un Bidul’ Park.

On en est où ?

La réponse avec deux textes pris sur le blog du laboratoire anarchiste et livrés par notre agent de Valence : Continuer la lecture

Marée bleue sur la ZAD. Quand il ne reste plus que la terreur à L’État.

article publié le 1er juin sur le Monde libertaire version web

Dans la quasi-totalité des pays, législativement parlant, le mot « pollution » qualifie la contamination d’un milieu par un agent polluant au-delà d’une norme, d’un seuil tolérable.
On peut donc dire que le déversement, à l’heure du laitier, de quelques 500 gendarmes à Sainte-Colombe-en-Bruilhois a quelque chose qui s’apparente à une pollution volontaire, un dégazage dû à Madame Patricia Willaert, la parfaite préfette du Lot-et-Garonne. Continuer la lecture