Archives du mot-clé capitalisme

Attentat terroriste d’extrême droite aux USA. Le silence des États.

Épisode 1 :

Samedi 12 août. « Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties »… par ces mots, le président étasunien Trump renvoie dos à dos le camp de la haine et celui des antiracistes…

Difficile pour ce milliardaire populiste de cracher sur le fumier qui l’a porté au pouvoir suprême.

Épisode 2 :

Lundi 14 août. «Le racisme est un fléau et ceux qui commettent des violences en son nom sont des criminels et des brutes, y compris le KKK, les néonazis, les suprémacistes blancs et autres groupes de la haine qui sont répugnants pour tout ce que nous chérissons en tant qu’Américains»,  Discours lu sur un téléprompteur.

Trump tente de se racheter, tant pis pour ses milices d’électeurs.

Épisode 3 :

Mardi 15 août. « Je pense qu’il y a eu des torts des deux côtés et je n’ai aucun doute à ce sujet. J’ai condamné des groupes très différents, mais tous ces groupes n’étaient pas des néonazis. Croyez-moi, ils n’étaient pas tous des suprémacistes blancs« .

Nouveau volte-face, Trump vient de se rappeler qu’il était soutenu par les racistes nostalgiques de l’esclavage et de la ségrégation.

C’étaient « les gesticulations tragicomiques d’un président ayant poussé sur du fumier »…

Les groupuscules racistes se frottent les mains : Le matamore de la Maison Blanche leur a lancé un message d’encouragement. Les gros cons surarmés pourront continuer à parader en arborant saluts nazis et drapeaux confédérés.  Trump a choisi de garder le soutien de l’extrême droite suprémaciste, raciste, patriarcale, sectaire.

Le parti républicain joue au « c’est pas nous, c’est lui » mais…

Depuis l’élection de « Donald Dick », les représentants de ce parti ne se sentent plus :

En Floride, le sénateur Républicain George Gainer voudrait, dans certaines conditions, permettre aux automobilistes de renverser les manifestants pour les empêcher de bloquer les rues.

Dans le Tennessee, il s’agirait de protéger les conducteurs qui blesseraient des manifestants, une sorte de permis de foncer dans la foule.

Samedi 12 août, L’extrême-droite raciste, suprémaciste, néo nazie a assassiné une manifestante antiraciste. Elle s’appelait Heather Heyer, elle avait 32 ans. Elle luttait pour un monde où la vie triompherait.

Pour notre survie, nous devons détruire leur monde, la suprématie d’une couleur de peau sur une autre, le patriarcat, le capitalisme, les religions et les États.

[Heather Heyer n’était pas membre des IWW contrairement aux informations erronées ayant pu circuler brièvement sur les réseaux sociaux] info issue d’une déclaration des IWW reproduite ci-dessous, traduite et mise en ligne par Théo Roumier https://blogs.mediapart.fr/theo-roumier/blog/140817/charlottesville-nous-devons-nous-unir-nous-defendre-nous-memes-et-ensemble

Déclaration des Industrial Workers of the World (IWW), organisation syndicaliste révolutionnaire, et plus précisément de sa branche dédiée à la lutte antifasciste, le  GDC (General Defense Comitee).

Déclaration du GDC-IWW sur Charlottesville

Après le meurtre d’aujourd’hui, nous devons nous unir, nous défendre nous-mêmes et ensemble.

Minneapolis, Minnesota – 12 août 2017
À Charlottesville, une coalition de groupes fascistes a tenu un rassemblement, “Unite The Right”, où un meurtre de plus a été commis. Un fasciste a lancé sa voiture à pleine vitesse, percutant d’autres véhicules transformés de fait en arme ciblant les manifestant.es antiracistes.
Ce soir, une femme de 32 ans [Heater Heyer] est morte, de nombreux autres sont blessé.es.
Nous sommes horrifié.es mais nous ne sommes pas surpris.es de l’irruption de la violence politique venant de l’Alt-Right comme d’autres groupes fascistes à travers le pays. Le meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes. Parmi beaucoup d’autres, pensons notamment aux tirs ayant visé un membre du GDC-IWW à Seattle, au double meurtre au couteau du train de Portland, à l’attentat à la bombe contre la Mosquée Dar Al Farooq dans le Minnesota.
Le fascisme est une menace mortelle pour chacun.e d’entre-nous. Nous devons y faire face et il n’y a pas d’échappatoires. Ce ne sont ni les politiciens, ni la police, ni même l’Université qui nous en prémunirons. Nous ne trouverons pas dans les urnes le chemin vers la sécurité. Comme toujours, les forces de police ont aidé et protégé les fascistes, laissant faire et contribuant largement aux violences à l’encontre des contre-manifestant.es. La direction de l’Université a refusé de recourir aux services de sécurité pour protéger les étudiant.es et les autres manifestant.es d’un gang composé de centaines de fascistes.
Le General Defense Committee (GDC) appelle toutes les personnes attaché.es à la vie humaine, à la liberté, à la dignité, à rejoindre la lutte contre le fascisme de toutes les manières possibles. À apporter leur solidarité financière à celles et ceux qui ont survécu au crime fasciste d’aujourd’hui et à leur famille. À échanger avec vos familles et amis, avec vos collègues et voisins, et à trouver des moyens pour, concrètement et directement, battre en brèche la haine fasciste partout où elle s’exprime.
Si vous le pouvez, rejoignez votre groupe local du GDC ou tout autre groupe antifasciste. C’est sans doute une nouvelle étape qui nous attend dans notre combat. Nous sommes déterminé.es à en relever les défis. Nous battrons et vaincrons les fascistes. Nous devons nous défendre les un.es les autres et pour cela nous avons besoin de tout le monde.
Une injustice faite à l’un ou l’une est une injustice faite à toutes et tous.
The General Defense Committee (GDC) of the Industrial Workers of the World (IWW)
Soutien financier :

Un témoignage relayé par les IWW :

Ce qui suit est le témoignage d’un membre des GDC-IWW qui était à quelques mètres des victimes de l’attaque meurtrière du samedi 12 août. Nous tenons à signifier que nous n’avons entendu parler d’aucun membre des IWW ou des GDC gravement blessé ou mort suite à l’attaque. Nous demandons instamment à toutes et tous de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir les blessés et la famille de Heather Heyer [qui n’était pas membre des IWW contrairement aux informations erronées ayant pu circuler brièvement sur les réseaux sociaux].
« Hier, celles et ceux d’entre nous qui étaient à Charlottesville ont été témoins du meurtre d’Heather Heyer et de l’attaque fasciste qui en a blessé beaucoup d’autres sur Water street. Ce n’était pas un accident. J’étais à six mètres et j’ai vu ce raciste lancer sa voiture dans une autre, la percutant et provoquant un carambolage, pulvérisant les vitres et renversant les personnes qui étaient sur sa trajectoire. J’ai vu les corps. J’ai entendu les hurlements.
Les camarades et les ami.es du General Defense Comitee de Raleigh-Durham présent.es à Charlottesville sont toutes et tous en sécurité. Même si les récits – tirés de vidéos où l’on distinguait nos drapeaux IWW – ont pu nous situer à proximité de l’attaque, aucun.e membre des IWW n’a été tué. Mais nous sommes toutes et tous profondément heurté.es par ce que nous avons vu et entendu et beaucoup d’entre nous choisissent, pour l’heure et pour les jours qui viennent, de prendre du temps et de se ménager car une longue lutte nous attend.
Je ne suis pas juste “attristé” ou perturbé par ce meurtre de sang froid. J’en suis malade et j’en ai le cœur brisé. Je sais l’importance de cette attaque, non seulement parce que je l’ai vu de mes propres yeux, mais aussi parce que nous connaissons l’Histoire, et que nous ressentons jusque dans nos chairs que cette attaque nous visait toutes et tous ainsi que toute la classe ouvrière. Ça n’a pas commencé à Charlottesville et ça ne s’arrêtera pas là. Dans la période que nous traversons, même les victoires les plus modestes de la classe ouvrière – et particulièrement des immigré.es et gens de couleur – sont insupportables à la suprématie blanche et à l’Amérique capitaliste. C’est ce qui engendre les terribles violences s’abattant sur nos communautés. Une violence qui provient d’acteurs non-étatiques mais organisés comme la Ligue du Sud et le Mouvement national-socialiste et qui peut compter sur des rouages d’État tels que l’Immigration and Customs Enforcement (ICE – Agence et police de l’immigration), les forces de police ou le Département de l’injustice.
Voilà pourquoi le GDC-IWW était à Charlottesville, et voilà pourquoi nous comptons bien continuer à battre le pavé. Plus important encore, voilà pourquoi nous nous organisons sur nos lieux de travail et dans nos quartiers, mutualisons les actions et les énergies, animons des projets de justice alimentaire, et nous dressons avec d’autres combattant.es de la liberté organisés contre l’ICE et la prison du comté de Durham, comme Alerta migratoria et l’Inside-Outside Alliance.
Comme la plupart des autres membres du GDC-IWW, je suis convaincu que le pouvoir de la classe ouvrière organisée est le plus puissant et même le plus sûr moyen de vaincre le fascisme. Ce fascisme qui nous menace aujourd’hui mais qui reste un produit inévitable de la suprématie blanche et du capitalisme en Amérique.
Ni les rassemblements pétris de bon sentiments et dénonçant à distance « ces gens-là », ni même les accès de colère individuels ou les déclarations d’intentions ne suffiront. Si vous voulez prendre part à cette lutte, nous vous invitons à rejoindre une organisation qui appuie son antifascisme sur l’action directe, de préférence en l’inscrivant plus largement dans le combat anticapitaliste. Le GDC-IWW, auquel j’appartiens, est justement une telle organisation. »

Splendeur et misère des courtisan-e-s.

Un seul mot résume cette présidence : la dégradation. Tout s’est dégradé. Je ne parle pas d’une note. Je ne parle même pas des comptes publics. Je parle des conditions de vie, des comportements, tout simplement de la situation du pays. A l’injustice dans les choix, l’incohérence des décisions se sont ajoutés l’accaparement du pouvoir et la connivence avec les puissants, avec ce paradoxe ultime que la volonté d’omnipotence débouche sur un aveu d’impuissance.

Je viens d’agir malhonnêtement… j’aurais dû user de guillemets, mettre le texte ci-dessus en italique. Lire la suite

« Billet si’ou plait » 22 septembre 2015.

PopCornMadame ou Monsieur Lambda sort du cinéma furibardE. Parce que Monsieur ou Madame Lambda a une fois de plus fait preuve d’un optimisme inconsidéré. Madame ou Monsieur Lambda était partiE pleinE de confiance et de certitude frisant la crise mystique. Après avoir consulté les horaires des séances, fait la queue pour prendre son billet, opté pour des popcorns plutôt qu’une barre chocolatée, montré son bout de papier au préposé souriant. Après s’être glisséE jusqu’au fond de son fauteuil de la troisième rangée place centrale et s’être endormiE pendant la première partie du film vu pour la Xième fois, Monsieur ou Madame Lambda n’en avait pas cru ses yeux : Une fois de plus, le commandant Edward John Smith n’a pas été fichu d’éviter l’iceberg et le Titanic a encore une fois fait naufrage. Y en a qui ont de la constance dans les erreurs !…
Madame ou Monsieur Lambda a tout faux : c’est lui le seul responsable de ses 3 heures gâchées à réchauffer un plat. À quoi pouvait bien s’attendre Monsieur ou Madame Lambda en allant revoir pour la Xième fois le même film ? À une fin différente ?

Monsieur ou Madame Lambda, d’origine grecque comme son nom l’indique, pense alors aux élections qui viennent de se passer du côté du Péloponnèse. Alexis Tsipras a gagné… Celui qui devait faire plier l’Union Européenne mais qui a fini par manger dans la main d’Angela Merkel et consorts. Celui qui a voulu user du référendum pour mettre la Finance à genoux mais qui a fini par oublier le choix de ses concitoyens. Lui, le leader de Syriza (Synaspismós Rizospastikís Aristerás, soit « Coalition de la gauche radicale »…) va-t-il cette fois éviter l’iceberg capitaliste ?

grèce
Les électeurs et électrices grecQUEs étaient 56% à aller voter. Parmi ces 56% de bons citoyens hésitant entre les popcorns ou la barre chocolatée, il y en 35,5% qui ont opté pour la ci-devant gauche radicale remasterisée version 3D. Résultat, le même film annoncé.

Les élections se suivent, les façades des banques restent toujours aussi arrogantes. Le commandant Tsipras va continuer à naviguer dans les eaux troubles du pouvoir.

Vouloir jouer au foot avec un ballon ovale (juillet 2015)

           Tout va bien, c’est l’été, Monsieur ou Madame Lambda se laisse aller à s’abrutir devant la boîte à images : Fort Boyard, Tour de France, matchs de foot… télé cerveauxMonsieur ou Madame Lambda a préféré suivre le feuilleton de la FIFA plutôt que de suivre guerres et crises à travers le monde. La FIFA, un système gangréné par le pouvoir, le fric, les magouilles et la corruption…

Monsieur ou Madame Lambda s’est réveillé avec la gueule de bois commune à celles et ceux qui croient à la parole des politiciens. Lire la suite

« Lettre aux anarchistes » un texte de Jean-Louis Phan-Van

Pouvons-nous ne pas percevoir ni craindre l’avenir qui semble se dessiner, non plus à long mais à court terme, sans pour autant céder aux sirènes du catastrophisme ?
Pourtant, c’est le pire qui s’annonce à la fois imperceptiblement et parfois avec éclat.
Le réchauffement climatique est déjà à l’œuvre et ne peut plus être contesté. D’autres désastres écologiques silencieux, visibles ou pas, s’accumulent au fil des informations qu’on obtient.
Je ne rappellerai donc pas ici tous les méfaits du capitalisme dans sa destruction presque systématique de la nature et ce, au niveau mondial qui ne lui laisse aucune terre lui échapper !
Dans ce constat édifiant et lucide qui pourrait encore nier la question écologique puisque c’est l’avenir même de l’humanité qui est posé ?
Si par le passé, le mouvement anarchiste s’est difficilement relevé des barbaries du 20e siècle exercées par le fascisme brun ou rouge, avec cette question, il s’agit d’un défi autrement plus capital quant aux conséquences qu’elle pourrait produire. Lire la suite

Travailler pour gagner sa vie, chômer pour la perdre (28 mars)

112 flics morts en service depuis le 1er janvier 2000. Pour les militaires, plus difficile de chiffrer… entre 210 et 220 morts au cours d’opérations extérieures.
Allez, soyons généreux… 350 gens d’armes morts d’un accident du travail en un peu plus de 14 ans.
Raisonnablement, 350 cérémonies officielles pour honorer le sacrifice de ces « morts pour la défense du Pouvoir en place et de ses intérêts géostratégiques »
350 morts en un peu plus de 14 ans… tragédie nationale… « À moi les Invalides, le Panthéon, le Musée Grévin ! Entre ici, Jean Moulin !!! »

Pour la seule année 2000, 746 accidents mortels du travail se sont produits...  Lire la suite

Fukushima (4 ans après) : « la coulpe vient d’autrui mais notre est le dommage… »

Le 11 mars 2011, un tsunami dévastateur + une compagnie japonaise d’électricité TEPCO opaque, criminelle bref capitaliste + un gouvernement amnésique à la solde du lobby nucléaire = une catastrophe nucléaire majeure offert à l’humanité présente et future.

Détail d'une photo-art "Radiation" de Ivan Khoenko

Détail d’une photo-art « Radiation » de Ivan Khoenko

Le 11 mars 2015, trois radios actives (Radio Galère sur Marseille et sur le net, Radio Libertaire sur la région parisienne et sur le net et Radio Zinzine sur la Provence et sur le Net) se sont associées pour une journée spéciale.

A cette occasion, un texte a été lu dans les studios de Radio libertaire (lien dans la colonne de droite à la rubrique outils de la FA). Le voici : Fukushima11mars2015RIBAULT-1

11 novembre 2007 Intervention à Joyeuse (thème : le capitalisme)

Une fois de plus le groupe d’Aubenas de la Fédération Anarchiste a tenu à participer au rassemblement antimilitariste ce jour anniversaire de la fin de la première grande boucherie.
Cette année est assez chargée en rappels du passé :
90e anniversaire de la Révolution soviétique.
90e anniversaire des mutineries des tranchées et de la répression qui suivit.
80e anniversaire de l’exécution de Sacco et Vanzetti.
Réhabilitation des victimes républicaines de la Guerre d’Espagne
En réaction, projet de béatification des suppôts de Franco…
Platon (né en 356 avant la mort de Spartacus) a dit un jour : « Toute guerre a comme origine les rivalités pour la possession. » Lire la suite