Ogres de barbarie

article publié le 28 août sur le Monde libertaire en ligne

tuatera_opt-2Le darwinisme nous pousserait à croire que toute espèce évolue vers un mieux… Il devrait en être de même pour toute société humaine. Ainsi – par exemple – durant des siècles ça se perçait, se découpait s’entretuait sur les champs de bataille et ça agonisait à tout-va sans service après-vente. Heureusement, en 1859, un homme d’affaires suisse eut l’idée de créer la Croix-Rouge. Les estropiés allaient pouvoir se faire réparer avant de retourner à la boucherie.
La route a été longue depuis nos ancêtres des cavernes… les peaux de bêtes ont cédé leur place aux vêtements en tissu grâce aux millions d’esclaves inventant le blues et actuellement aux mômes perdus « aux quatre coins du globe »…
La route a été longue, a été droite même si la pente fut souvent forte…

Le Moyen Âge fut une période particulièrement rude… Tu naissais et la galère commençait, surtout si tu étais une fille… Née pauvre, tu avais une grande chance d’être abandonnée. De toute façon, seul un enfant sur trois atteignait son cinquième anniversaire. Rude période que le Moyen Âge …
Août 2016, sur la chaîne d’émissions religieuses Al-Majd, le cheikh Abdallah Al-Daoud – un barbu saoudien – préconise de voiler intégralement les fillettes à partir de l’âge de deux ans pour éviter le harcèlement sexuel. « Si la fillette peut susciter un certain désir, ses parents doivent lui couvrir le visage et lui imposer le voile pour ne pas tenter les pervers » a estimé ce sombre fumier qui en a rajouté une couche : « La fillette peut tenter les agresseurs sans le savoir ».

Le Moyen Âge fut une période particulièrement rude… Leurs 5 ans révolus, les petites survivantes avaient alors deux ans de pseudo paix. Le temps de souffler un peu avant leurs fiançailles qui pouvaient avoir lieu dès leurs sept ans… Mais ça, c’était aux temps lointains de la sauvagerie admise…
Juillet 2016, le mollah afghan Mohammad Karim a été arrêté pour avoir enlevé et épousé une fillette de six ans. Âgé d’une soixantaine d’année, ce sombre fumier a affirmé que la pauvre môme lui avait été offerte par ses parents. Une « offrande religieuse » pendant le ramadan…

Le Moyen Âge, période sauvage
… Guerre ou paix, les femmes et les jeunes filles vivaient sous la menace d’être violées. Comme cela semblait tout à fait normal, on ne disait pas « violer » mais « forcer ». Comme « forcer un enfant à finir ses épinards »… Brassens, qui a fait son éducation dans une société patriarcale issue de cette période de mâles dominants, a commis ce passage honteux dans sa chanson « le Moyenâgeux » : « […] Après une franche repue, / J’eusse aimé, toute honte bue, / Aller courir le cotillon / Sur les pas de François Villon, / Troussant la gueuse et la forçant / Au cimetièr’ des Innocents, […] ». No comment…
En 2007, l’Étasunien Daryush Valizadeh étale sa testostérone dans son blog en faisant l’apologie du néo-masculiniste (pour la domination de l’homme sur la femme) sous le pseudo de Roosh V. En 2015, ce sombre fumier lance le mouvement « Return of the kings ». Roosh V. devient alors le maître étalon de la pensée phallocrate. Considérant que le consentement est « un obstacle dérisoire », il conseille à ses adeptes « d’arrêter de demander la permission » pour « choper ». Ce pourri va même jusqu’à raconter ses parties de « chasse » en Islande : « J’ai réalisé à quel point elle était ivre. En Amérique, coucher avec elle aurait été du viol, puisqu’elle ne pouvait pas donner son consentement, mais je m’en foutais et n’ai pas hésité une seconde ». No comment…

Le Moyen Âge, période barbare
… être femme à cette époque, c’est souvent être contrainte d’épouser, entre 13 et 20 ans, l’homme que son père aura choisi à sa place. La première nuit, le seigneur des lieux exercera son droit de cuissage. Pas un viol, juste une coutume, une tradition…
Tradition lointaine d’une époque obscure.
De nos jours, quelque part dans le sud du Malawi sévissent des « hyènes ». Pour passer de l’enfance à l’âge adulte, les adolescentes doivent avoir des relations sexuelles avec ces charognards de mecs, payés pour violer. Le viol rituel est organisé par les parents de la victime et dure trois jours. Les adolescentes doivent s’y soumettre pour éviter qu’une maladie ou un malheur ne s’abatte sur leurs familles ou sur le village entier. Tout faux, un malawite sur dix est porteur du VIH mais pour que la « hyène » fasse correctement ce que la coutume ose appeler un « nettoyage sexuel », elle ne doit pas se protéger, même se sachant séropositive…

Moyen Âge, temps reculés
… Les rapports sexuels ne devaient avoir lieu que dans un but de reproduction. Les femmes ne devaient surtout pas avoir de plaisir. Leurs mâles (vue la différence d’âge, les femmes devaient souvent subir plusieurs époux), eux, oubliaient les préceptes des curés. Leurs victimes n’avaient alors qu’à accepter ces viols « légitimes ». Le temps lointain de la sauvagerie…
Février 2014, Daryush Valizadeh (alias Roosh V) a défrayé la chronique en proposant, pour éradiquer le viol, de le légaliser dans le cadre privé : “Si le viol devient légal, une fille n’entrera plus jamais dans une chambre avec un homme qu’elle ne connaît pas à moins d’être absolument sûre qu’elle est prête à coucher avec lui”. No comment…

Au Moyen Âge, période bestiale… De nombreuses femmes, victimes de viol, se retrouvaient enceintes… À elles le déshonneur. Forcément, en ces temps arriérés et malsains, on les considérait comme responsables…
Entre 1992 et 1995, au moins 20 000 femmes musulmanes ont été violées par les soldats serbes durant la guerre en Bosnie-Herzégovine. Bien tranquille au Vatican, le mec Karol Józef Wojtyła (alias Jean-Paul ll) ne reconnaissait pas le droit à l’avortement pour les victimes : « Même dans une situation aussi douloureuse il faudra les aider à distinguer entre l’acte d’une violence méprisable, que leur ont fait subir des hommes dont la raison et la conscience se sont égarées, et la réalité de nouveaux êtres humains qui sont venus à la lumière. Ces images de Dieu, ces nouvelles créatures devront être respectées et aimées de la même façon que tout autre membre de la famille humaine. » (extrait d’une lettre envoyée par le pape à Vinko Puljic, archevêque de Sarajevo)
En 2009, au Vatican, le cardinal Giovanni Battista Re vole au secours de l’archevêque de Recife (Brésil). Celui-ci a cru bon d’excommunier une fillette de 9 ans, sa mère et tout le corps médical ayant pratiqué une IVG sur la môme qui était violée régulièrement par son beau-père et avait fini par tomber enceinte.
Le sombre fumier du Vatican avait justifié la sanction en déclarant que « le viol est moins grave que l’avortement » No comment…
Ou plutôt si : On n’oubliera pas les milliers de jeunes garçons, d’adolescents violés par des prêtres. Comme on n’oubliera pas non plus les milliers de jeunes garçons violés par des prédateurs de toutes confessions, de toutes positions sociales, de toutes origines.

Vous aurez compris que la mise en relation entre le Moyen Âge – période de l’histoire qui débuta avec le déclin de l’Empire romain d’Occident et se termina par la Renaissance et les Grandes découvertes – et l’époque actuelle n’a pour but que de relever une anomalie, une faille dans l’évolution…

Connaissez- vous le tuatera ?
Le tuatera ou sphenodon est un proche parent des lézards vivant en Nouvelle-Zélande souvent qualifié de « fossile vivant ». Il est juste resté quasiment le même au cours de son histoire entière. Soit la bagatelle de 220 millions d’années…
Disons alors que le patriarcat est notre « tuatera » à nous. Bien installé dans les rites sociaux depuis la création des groupes sociaux. Ayant traversé toutes les époques sans encombre, le voici toujours bien vivant, toujours bandant…

Le darwinisme nous pousserait à croire que toute espèce évolue vers un mieux…
Tant que le patriarcat perdurera, nous ne pourrons nous satisfaire du stade atteint.