des fraises et du sang (septembre 2014)

L'usine saccagée et incendiée par les ouvriers.

L’usine saccagée et incendiée par les ouvriers.

18 juillet 1904, Cluses cité horlogère de Haute-Savoie. D’un côté, y a la plus grande fabrique de la vallée tenue par une famille. En face, y a l’aboutissement de deux mois de grève : une belle et grosse manifestation d’ouvriers venant en découdre avec ce patron droit dans ses bottes depuis le licenciement abusif de 7 ouvriers.

La manif arrive à l’usine. Des fenêtres supérieures, les fils du patron font un carton : 3 morts et une cinquantaine de blessés. Ils seront condamnés par un jury populaire à un an de prison ferme.

Les ouvriers en colère incendient et mettent à sac les ateliers. Ils seront acquittés par le même jury populaire.

13 avril 2013, Nea Manolada Péloponnèse Grèce. 160 clandestins bangladais sont en grève depuis deux jours. Normal, ça fait maintenant plus de six mois qu’ils ramassent des fraises sous des serres, « courbés huit heures par jour et sept jours sur sept, avec dix minutes de pause pour un semblant de repas ». Et pour ces 6 mois, toujours pas le moindre salaire… Qu’importe l’or ou l’argent, l’important, c’est de participer. Normal, Nea Manolada, c’est pas loin des ruines d’Olympie. Le tas de cailloux qui a inspiré Coubertin.

13 avril 2013, Nea Manolada Péloponnèse Grèce. Pour toute réponse, les esclavagistes se ramènent avec de nouveaux travailleurs pour remplacer les grévistes. Bien sûr, ceux-ci s’énervent et vont voir les crapules pour se faire payer. Ils voulaient de l’argent, ils vont avoir du plomb… Trois contremaîtres, ça fait deux fusils et un pistolet. 29 des 160 grévistes seront blessés. two-of-the-greek-farmers-accused-of-shooting-28-migrant-workers-have-walked-free-article-body-image-1406837989Normal, pour les contremaitres « surveillants », ce ne sont que des clandestins, des étrangers. Un des trois connards a même une vieille histoire accrochée à ses basques : un immigré égyptien qui réclamait lui aussi son salaire avait été traîné sur plus d’un kilomètre à l’arrière d’une voiture, la tête coincée dans la portière…

Mercredi 30 juillet 2014, Patras, Achaïe, nord du Péloponnèse. Jour de colère pour les travailleurs immigrés…immigrés PatrasLe tribunal innocente à l’unanimité deux des quatre inculpés : L’employeur et l’un des contremaîtres « surveillants ». rassemblement patrasLes deux autres contremaîtres «surveillants » ont été condamnés, l’un pour « atteinte à l’intégrité physique » avec une peine de prison de 14 ans et 7 mois, sans période de sûreté incompressible, et un autre pour simple complicité d’atteinte à l’intégrité physique, avec une peine de 8 ans et 7 mois. Ces peines sont révocables sur paiement d’une caution de 5 euros par jour d’incarcération… Parions que de nombreux fachos participeront à son paiement…

Quand on se sera débarrassé de cette plaie ouverte qu’est le salariat, on aura par la même occasion évacué patrons, contremaîtres « surveillants ». Nul ne sera plus obligé d’aller faire l’esclave pour une maigre gamelle.

Utopiques ces propos ? Sûrement. Comme étaient utopistes toutes celles et tous ceux qui croyaient qu’un jour les gosses ne mourraient plus au fond des mines mais iraient à l’école, qu’un jour les ouvriers auraient la journée de 8 heures, qu’un jour ils auraient droit à des congés payés…

Utopistes en action comme celles et ceux qui font vivre le LE DISPENSAIRE MÉDICAL AUTOGÉRÉ DU QUARTIER D’EXARCHEIA. Structure Autogérée de Santé du quartier d’Exarcheia à Athènes Vous pouvez toujours les soutenir en leur envoyant un soutien financier et fraternel  [Adresse postale : Maud et Yannis Youlountas – « Urgence Exarcheia » – BP 10 – 81540 SOREZE (ordre des chèques : ANEPOS). ]

Utopistes en action comme celles et ceux de la ZAD de NDDL http://zad.nadir.org/, comme les NO-TAV http://notavfrance.noblogs.org/, comme celles et ceux de la ZAD du Testet dans le Tarn http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/, comme tous les pots de terre qui vont finir par foutre sur la gueule aux pots de fer.

Utopistes toutes celles et ceux qui font vivre la citation de Mark Twain :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *