Archives pour la catégorie Non classé

Carte postale de par ici.

Moi, le matin quand je me regarde dans un miroir, quand je me mets à réfléchir avec lui… je me trouve une tête de bavure. C’est plus fort que moi.

Alors, quand je déambule sur la voie publique, c’est épidermique, la présence de nobles représentants des forces d’un ordre ne me rassure pas du tout. Difficile de se sentir en sécurité avec des gus arme à la bretelle. Et puis, sûr que nous ne sommes pas dans le même camp… Lire la suite

Vals avec un seul « l »…

Août 1917, les travailleurs espagnols se lancent dans une grève générale… Parmi eux, un jeune ouvrier mécanicien prône l’insurrection ouvrière et le sabotage. La grève générale est réprimée dans un bain de sang. Au sein de l’UGT (Union General de Trabajadores), on a pas vraiment l’esprit révolutionnaire : le jeune mécano est viré alors que les soldats le recherchent… Il vient alors se réfugier en France. Buenaventura Durruti, puisqu’il s’agit de lui, est accueilli par les anars. Il rencontre Sébastien Faure, Louis Lecoin, des membres de la CNT en exil et trouve le temps d’un air de guitare à Vals (avec un seul « l »)-les-Bains dans le sud ardéchois… Lire la suite

ça presse contre le « Midi Libre »

Lui, c’est un auteur multiplumes. En face, c’est l’artillerie lourde de la presse quotidienne régionale du sud. Lui, c’est un mec libre. En face, c’est une presse aussi « libre » que la dernière lessive est « révolutionnaire ». Alors, quand Joseph Kacem nous envoie un texte… Sûr qu’on va le mettre et le faire circuler… Lire la suite

on the road again

Article publié le 23 décembre sur le Monde libertaire sur la toile

Petite route de la France rurale comme on en voit sur les cartes postales, Stanislas fonce.
Stanislas a toujours foncé. Stanislas est un fonceur. Le malus écologique de son monstre sur gommes ? Vite compensé par le sentiment de supériorité que lui confère la possession de 300 bourrins suralimentés. Petite glissade vite rattrapée, ABS pour éviter un couple de gallinacées imprudentes… Stanislas ralentit toujours pour les poules, pas envie de retrouver des plumes dans un étrier de frein… Lire la suite

Au service de l’État, la police réprime, opprime / Communiqué de la Fédération anarchiste

violences flics 14 juinDepuis le début du mouvement social contre la loi El Khomri dite « loi travail », nous assistons à une provocation systématique des forces de l’ordre, non seulement à Paris mais dans toutes les grandes villes. Les scénarios sont toujours les mêmes, les cortèges démarrent, la police provoque, lance quelques grenades lacrymogènes et/ou de désencerclement et donne quelques coups de matraques. Les manifestants répliquent et nos braves journalistes au cœur de l’action ne retiennent que les affrontements entre méchants manifestants et gentille police dans leur journal (pouvions nous attendre autre chose de leur part ??? non).

Le pouvoir – car ne nous voilons pas la face – ce n’est pas la police qui attaque de son propre chef les manifestations – mise sur une impopularité des grèves, déclenchant à chaque mouvement social des heurts et de fait essaie de criminaliser les manifestants en ne retenant que les attaques faites contre la police. Lire la suite

comme une journée sans pain

article publié le 24 mai sur le Monde libertaire version web

Jean Val, se sent devenir ventriloque. Quelque part dans son corps, entre l’œsophage et le duodénum, il y a truc comme une poche d’air, un ballon, une montgolfière. Le genre de truc qui se tord et qui fait mal et qui crie. Un estomac vide, c’est tout con mais c’est tout là.
« Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim […] »
(Jacques Prévert, « La grasse matinée »)
Lire la suite