Archives pour la catégorie Communiqué de la Fédération Anarchiste

75e Congrès de la Fédération anarchiste. Merlieux (3 au 5 juin 2017)

Au cours du dernier congrès de la Fédération anarchiste furent adoptées les deux motions suivantes :

bandeau FA« SALUT A TOI »

Réunie à son 75ème congrès, à Merlieux (Aisne), la Fédération anarchiste
salue toutes celles et tous ceux qui luttent, individuellement et
collectivement, ou qui construisent des alternatives, notamment :

– dans les ZAD,
– contre les projets inutiles imposés,
– contre le nucléaire et les énergies fossiles,
– pour les droits des travailleuses et travailleurs,
– pour les droits des chômeurs et chômeuses,
– pour une agriculture paysanne,
– contre le racisme,
– contre le sexisme, le patriarcat, la haine envers les LGBTI,
– pour l’accueil des migrant-e-s,
– contre la répression…

Pour la justice sociale, la liberté, l’égalité économique et sociale, la
Fédération anarchiste, selon ses moyens, sera toujours à vos côtés.

Laon, le 5 juin 2017

bandeau FAMotion sur la situation économique et sociale

La Fédération anarchiste s’est réunie lors de son 75e Congrès les 3, 4 et 5 juin 2017 à Laon et merlieux dans l’Aisne pour aborder l’évolution du monde et actualiser son projet anarchiste.

Le capitalisme globalisé et ses soutiens étatiques et religieux accentuent leurs pressions sur l’humanité et l’environnement, pour asseoir par des modes de régulation et de production de plus en plus brutaux le triomphe de la
logique de profit.

La thèse de la crise permanente du capitalisme qui justifie les politiques d’austérité et de régression sociale sert à camoufler la réalité : les riches sont de plus en plus riches tandis que les pauvres sont de plus en plus nombreux et
plongent dans la misère. En cela, le capitalisme remplit parfaitement le rôle qui est le sien.

L’arrogance des capitalistes encouragée par une véritable colonisation des esprits remet aujourd’hui en cause le pacte concédé à l’issue de la seconde guerre mondiale qui institua la protection sociale, le système de retraite par
répartition et une redistribution limitée des richesses pour éloigner le spectre révolutionnaire et développer une nouvelle classe dite moyenne et la société industrielle et de consommation de masse.

Le système capitaliste cherche sans cesse de nouvelles sources de profits incarnées aujourd’hui par le capitalisme vert, la numérisation et la robotisation de l’économie et même la fin du salariat en individualisant la relation entre
le travailleur et son patron par l’uberisation et l’auto entreprenariat. Le capitalisme paupérise la classe moyenne dont la première utilité était de neutraliser le danger révolutionnaire, ce qui rend la lutte des classes plus
franche et plus directe.

En contrepartie, l’appareil répressif étatique et l’emprise des religions sur les consciences se renforcent pour imposer la peur et la résignation. L’état d’urgence qui était une exception devient la norme, la présence militaire dans les rues, la surveillance généralisée et les restrictions des libertés publiques se banalisent, la police se militarise et se radicalise, devient factieuse et multiplie les violences et
les provocations.

Les élections présidentielles passées et législatives à venir démontrent une progression des tendances souverainiste et populiste en même temps qu’une volonté avérée d’effacer la conscience de classe en affirmant supprimer le clivage gauche-droite comme l’ont souligné les deux finalistes de la dernière course à l’Élysée. Le pouvoir a mis en place le candidat le plus à même de défendre les intérêts du patronat et de la Finance. Sa mission est un programme de démolition sociale dans la droite ligne des présidents et gouvernements précédents en marche vers le détricotage du Code du travail, une fiscalité antisociale, la suppression des régimes spéciaux et la mise en place d’un système de retraites par points…

Le Front national a dépassé les dix millions de voix en jouant sur la peur de l’autre et en s’érigeant en défenseur de façade des acquis sociaux. Pour autant, le Capital n’a pas aujourd’hui besoin du FN pour arriver à ses fins : le MEDEF a appelé à voter Macron.

Le projet Mélenchonniste est une impasse. Le modèle du leader charismatique, nouveau sauveur suprême, messie des temps modernes, incarnation du « peuple » a détourné la question sociale du terrain de la lutte des classes vers celui de la lutte des places. L’imposture des partis Syriza et Podemos en Europe ou des régimes de Chavez et Maduro au Venezuela témoignent de leurs soumissions
aux diktats capitalistes : le Pouvoir reste maudit.

Si les anarchistes sont volontairement absents des urnes et du spectacle médiatique, ils demeurent présents et actifs dans les luttes et les alternatives. Notre anti-électoralisme est en phase avec le rejet grandissant de la classe politique et un intérêt croissant pour le mandatement impératif, la rotation et la révocabilité des mandatés et le fédéralisme libertaire.

La tâche des révolutionnaires est de dessiner des perspectives permettant de crédibiliser et d’envisager la transformation sociale. En cela le mouvement anarchiste n’a pas capitulé et reste fidèle à son projet révolutionnaire : le socialisme libertaire sans frontières. Pour cela, la diffusion de nos idées et de nos pratiques doit rester notre tâche essentielle, tout en apprenant des luttes diverses et en menant le nécessaire travail de remise en cause et de réactualisation de nos propositions et de nos pratiques.

Les temps prochains nécessiteront la mobilisation de toutes les forces attachées à l’émancipation, la Fédération anarchiste réunit en son 75e Congrès prendra toute la place qui lui revient dans ce combat et appelle les individus et groupes qui partagent notre projet commun à la rejoindre et à la renforcer.bandeau FA


Communiqué : VIOL POLICIER. HALTE AUX VIOLENCES POLICIERES.

Viol policier
Halte aux violences policières

À la suite du viol de Théo par un policier avec sa matraque, qui s’enchaîne
aux nombreuses agressions policières arbitraires et fréquemment à caractère raciste,
la police des polices a cru bon de communiquer beaucoup plus rapidement qu’à son
habitude pour affirmer qu’il s’agissait d’un « accident ».
Cette affirmation dans la précipitation ne peut être comprise que comme une
provocation — idéale pour provoquer des émeutes. Elle intervient dans un contexte
de campagne électorale où la question de l’identité française est le prétexte de
l’idéologie xénophobe pour conquérir le pouvoir.
La Fédération anarchiste, tout en dénonçant non seulement les bavures
mais aussi le fait que l’État les assume froidement, entend ne pas être dupe d’une
manoeuvre qui fait dégringoler la « démocratie » toujours plus bas.

Fédération anarchiste
12 février 2017

Au service de l’État, la police réprime, opprime / Communiqué de la Fédération anarchiste

violences flics 14 juinDepuis le début du mouvement social contre la loi El Khomri dite « loi travail », nous assistons à une provocation systématique des forces de l’ordre, non seulement à Paris mais dans toutes les grandes villes. Les scénarios sont toujours les mêmes, les cortèges démarrent, la police provoque, lance quelques grenades lacrymogènes et/ou de désencerclement et donne quelques coups de matraques. Les manifestants répliquent et nos braves journalistes au cœur de l’action ne retiennent que les affrontements entre méchants manifestants et gentille police dans leur journal (pouvions nous attendre autre chose de leur part ??? non).

Le pouvoir – car ne nous voilons pas la face – ce n’est pas la police qui attaque de son propre chef les manifestations – mise sur une impopularité des grèves, déclenchant à chaque mouvement social des heurts et de fait essaie de criminaliser les manifestants en ne retenant que les attaques faites contre la police. Lire la suite

MOTION SUR LE MOUVEMENT SOCIAL ACTUEL

Le week-end dernier (du 14 au 16 mai) se tenait à Rennes le 74e Congrès de la Fédération Anarchiste.

Il y fut adoptée la motion suivante :

ON BLOQUE TOUT !

Nous autres, jeunes, étudiant-e-s, salarié-e-s du privé et du public, précaires, intermittent-e-s, chômeurs, chômeuses, retraité-e-s, avec ou sans papier, de toute condition et sans condition de nationalité, tous et toutes exploité-e-s et opprimé-e-s, violemment atteints par les effets dévastateurs du système capitaliste, subissons une nouvelle attaque d’ampleur de la bourgeoisie et du capital.

Le gouvernement, sur l’injonction du patronat et dans la droite ligne de la construction européenne et des traités internationaux, détruit méthodiquement les acquis sociaux les uns après les autres.

Dernier avatar de ces attaques, la loi travail, que les dirigeants tendent à imposer à toutes et tous, bafouant ainsi ses propres règles et s’appuyant sur ses complices habituels politiques et syndicaux.

De même, l’État sort tout son appareil répressif policier et militaire, blessant et mutilant avec des armes offensives, testées bien avant dans les quartiers populaires, laboratoires des nouvelles formes de répression policières et militaires. L’état d’urgence accroît ainsi les possibilités d’incarcération et les peines de prison, ferme et avec sursis, qui tombent massivement. Aussi, nous témoignons notre solidarité en acte envers toutes les victimes de la répression.

De la même façon, le CPA (compte personnel d’activité) véritable version numérique du funeste « livret ouvrier» du XIXe siècle, construit sur la base de la personnalisation en opposition aux droits collectifs, présage la généralisation de l’inégalité des droits après celle des moyens.

Face à ces agressions, la résistance est nécessaire et légitime. Naissante, nous devons continuer à la construire et à la renforcer : de jour comme de nuit, debout, en grève générale, par l’action et l’affrontement direct contre l’État et le capital, par la solidarité de classe et la caisse de grève, par l’occupation des lieux de travail, par la réappropriation de l’espace public et le blocage des appareils de production, des flux de marchandises et de travailleurs.

À la veille de la possible généralisation de la grève dans plusieurs secteurs, notamment les transports et la chimie, nous réaffirmons notre pleine et totale solidarité, tant par notre participation à l’action qu’en développant la grève expropriatrice et gestionnaire à l’échelle de la société. Notre lutte s’inscrit dans une résistance sociale au niveau européen et international face aux régressions que, partout, le capital impose. Notre unité libertaire d’aspiration vise, par la grève générale, à abolir le salariat, le patronat, l’État et ses frontières et nécessite une révolution sociale et libertaire.

RENNES, Le 15 mai 2016Bandeau FA

★ Communiqué IFA. Refugees welcome

Refugees welcome.

Déclaration de la réunion de l’Internationale des Fédérations Anarchistes, Ljubljana, 24/4/2016

arton2188
Les fédérations de l’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA) réunies à Ljubljana réaffirment leur solidarité avec les réfugié.e.s et les migrant.e.s. Beaucoup de nos fédérations (en particulier en Europe, le long de la Méditerranée et dans les régions des Balkans) sont impliquées dans une solidarité concrète avec les réfugié.e.s en accueillant les gens, en les aidant pour les soins, les processus juridiques, le développement de l’auto-organisation et l’organisation de manifestations.
Nous nous battons contre des militant.e.s d’extrême-droite qui profitent de la situation pour développer leurs programmes xénophobes. Nous nous opposons à des États-nations, qui encouragent le nationalisme, la construction de murs et de frontières, les mêmes États qui soutiennent le capitalisme mondial et la libre circulation des fonds ou des accords commerciaux qui exploitent les gens à l’intérieur des frontières nationales.
Face à cette situation, nous voyons aussi de bons exemples de solidarité de la part des populations et nous soutenons ces initiatives. De plus, nous continuons à lutter contre les frontières et pour la liberté de mouvement en général. Les gens doivent être en mesure de se déplacer et de vivre où ils veulent.
En ce moment, les médias se concentrent sur les réfugié.e.s de guerre (Syrie), mais nous savons que les migrations continueront pour de nombreuses raisons. Les gens se sont toujours déplacés afin de changer leur vie, que ce soit pour échapper à de mauvaises situations ou pour essayer d’améliorer leurs conditions de vie. Nous nous efforçons de vivre ensemble et de partager les ressources de la planète face à des États, des idéologies et des religions qui créent la division et la confrontation.

Commission des relations de l’Internationale des Fédérations Anarchistes réunion (CRIFA) à Ljubljana, Slovénie, 23/24 Avril 2016.