Archives de catégorie : Billets d’humeur…

En vérité, je vous le mentis

L’équinoxe de printemps nous sort de l’hiver. Oui, est alors ?

Il y a environ 2800 ans, du côté de Rome apparaissait un calendrier lunaire qui débutait au printemps justement. C’était le moment où les cohortes romaines sortaient de leur hibernation et songeaient à aller gaiement découper du barbare. L’année commençait donc au mois dédié au dieu romain de la guerre, Mars. « Le soleil a rendez-vous avec la lune, mais la lune n’est pas là et le soleil l’attend », il fallait ajouter des jours à ce calendrier lunaire pour égaler l’année solaire. Bref un calendrier pas franchement au point. Pendant ce temps, les Egyptiens passaient du même type de calendrier à un nouveau, solaire, de 365 jours, 12 mois, avec comme repères les deux équinoxes et les deux solstices.

Jules César avait un penchant certain pour l’Egypte. En 46 avant l’autre JC, il alla donc se faire conseiller par un astronome, Sosigène d’Alexandrie, ce qui déboucha sur la création du calendrier julien : 365 jours, 12 mois et une année bissextile tous les 4 ans. On connait…

L’adoption du calendrier julien à la place du calendrier romain républicain vit également le début de l’année fixé au 1er janvier (date d’élection des Consuls de Rome).

En vérité, je vous le dis, on arrive tout doucement à la grande magouille…

Revenons au printemps et parlons du coucou… Le coucou gris (Cuculus canorus) est un charmant volatile dont le sport favori est le parasitisme de couvée. Il s’agit pour la femelle coucou d’aller pondre dans le nid d’un autre passereau, de gober en passant un des œufs du nid – histoire que personne ne se rende compte de la supercherie – et de se sauver à l’autre bout du monde en laissant ainsi sa progéniture se débrouiller toute seule.

On n’est pas loin de cet autre volatile venu – selon la mythologie chrétienne – annoncer à une jeune juive qu’un triangle avec un œil dedans l’avait choisie comme mère porteuse…

Une fois né, JC (notre Jeune Coucou) se dépêche de faire le ménage en virant tous les autres œufs car il est dit qu’il doit être unique pour pouvoir becter à l’aise.

Revenons aux chrétiens… En se convertissant, l’empereur romain Constantin accepte de ne plus être considéré comme un dieu (privilège des empereurs romains) et renonce aux persécutions contre ses nouveaux coreligionnaires. En 313, est promulgué l’édit de Milan qui accorde à chacun le droit « d’adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel ». Est accordée également la liberté de culte à toutes les religions. Avec, bien sûr, une légère préférence pour le christianisme, religion de l’empereur…

Manque de chance, à la même époque, à Rome, un autre dieu avait le vent en poupe. Mithra – divinité indo-iranienne – avait de très nombreux adeptes, principalement auprès des soldats romains. L’empereur Aurélien, en 274 avait officialisé cette religion. Et puis comme un empereur, ça ose tout, il alla jusqu’à fixer un jour pour faire la fête en l’honneur de ce dieu, le 25 décembre qui est, selon le calendrier julien, le jour du solstice d’hiver…

Nous voilà donc avec Constantin le converti, l’édit de Milan et ce foutu Mithra qui venait marcher sur les platebandes chrétiennes.

Le Jeune Coucou n’aime pas la concurrence et expulse tout ce qui peut le gêner…

« Un clou chasse l’autre », les curetons-chefs choisissent à leur tour le 25 décembre pour instaurer une toute nouvelle fête : celle de la naissance du môme né par mère porteuse en Judée, selon la mythologie chrétienne. Avec l’appui de l’empereur chrétien Constantin, les latins chrétiens purent virer Mithra du calendrier… Fin de l’acte un.

Coucou, les revoilà ! Le choix du 25 décembre présente un autre intérêt. Celui d’être situé 7 jours avant le 1er janvier, début de l’année julienne (élection des consuls à Rome).

Pourquoi s’intéresser à ces 7 jours ? Tout simplement parce que 7 jours après leur naissance, les petits garçons juifs devaient subir leur circoncision. En Judée, le môme né d’une mère porteuse, selon la mythologie chrétienne, un 25 décembre, devait donc être circoncis le 1er janvier suivant.

Force du symbole, le 1er janvier, jour où – selon la mythologie chrétienne – il fut appelé Jésus, devint le premier jour de l’ère chrétienne. Avant, tout le temps passé depuis le big bang n’avait qu’une valeur négative. Le môme juif né d’une mère porteuse – selon la mythologie chrétienne, je sais, je me répète – est donc né 7 jours avant JC, soit 7 jours avant l’ère chrétienne…

Naturellement, L’Église met la main sur le premier janvier qui devient la fête « de la Circoncision et du Saint-Prépuce de Notre Seigneur » ceci en 352 sous l’autorité du pape Libère. Drôle de nom pour un pape… Fin de l’acte deux.

Le souci pour de nombreux chrétiens antisémites était le rappel – avec cette référence à la circoncision – de l’origine du fruit de la fécondation « in vitraux » d’une femme juive.

Arrive Paul VI et Vatican II, la déclaration Nostra Aetate sur les relations de l’Eglise Catholique avec les religions non chrétiennes. Après des siècles d’antijudaïsme présent jusque dans le bourrage de crâne des mômes condamnés au catéchisme ou dans le sermon des ensoutanés ; la déclaration récuse toute responsabilité du peuple juif en tant que tel dans la mort du Christ et condamne les persécutions antisémites.

5 ans après ce texte d’ouverture, c’est en 1970 que l’Eglise Catholique – toujours avec Paul VI – débaptise le premier janvier.  La fête « de la Circoncision et du Saint-Prépuce de Notre Seigneur » qui est une reconnaissance de l’origine juive du christianisme devient la fête de  » sainte Marie mère de Dieu ». Les cathos n’ont plus rien contre le peuple juif mais faut pas exagérer…

2000 ans de falsifications, d’escamotages, d’illusions, de manipulations mentales, de messes basses pour que la secte devienne cette multinationale du coaching sociétal. 2000 ans de complots, d’alliances avec les tyrans, de tractations, de procès, de massacres, de menaces pour asservir les individus et les consciences.

Bien sûr que la terre est plate

Et nous dans tout ça ? Eh bien, continuons inlassablement à lutter contre toutes les religions. Expliquons inlassablement que ces structures hiérarchisées n’ont qu’un but, le pouvoir terrestre par l’asservissement et la tromperie.

« Si tu me trompes une fois, la honte sur toi. Si tu me trompes une deuxième fois, la honte sur moi. »

échec EHPAD…

Villeneuve de Berg, 26 février 2011, plus de 10 000 personnes sont venues manifester leur opposition à l’exploitation possible du gaz de schiste en Ardèche. A quand une manifestation contre l’exploitation réelle des ancien.ne.s ?

Imaginez : Vous avez trimé toute votre vie durant et puis vous voilà, par rare choix ou par obligation, résidant.e dans un « établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ». Un EHPAD, c’est épatant. Ou presque…

Vieillissement de la population oblige, ces « maisons de retraite » fleurissent. Publiques ou privées, elles se proposent d’accueillir celles et ceux qui auront les moyens d’y résider.

Prix transmis à la CNSA au 31 décembre 2016. Le tarif médian des EHPAD – somme du prix d’hébergement et du tarif dépendance, le forfait soins étant versé directement à l’établissement par l’assurance maladie – s’élève à 1.949 euros par mois au niveau national mais gare au grand écart…. Si dans 10% des EHPAD, il est inférieur à 1.653 euros par mois, il est supérieur à 2.798 euros par mois dans dans 10% de ces établissements. Dans le public, le prix médian est de 1801 euros, 1.964 euros dans les EHPAD privés sans but lucratif et 2.620 euros dans les structures privées commerciales (« Dring ! », bruit du tiroir caisse). Et puis, ce prix médian varie selon le lieu : de 1.524 euros dans la Meuse à 3.154 euros à Paris et dans les Hauts-de-Seine. Le prix est « bas » dans les départements ruraux (en lien avec le coût du logement et le coût du foncier). Il est de 1663 euros pour l ‘Ardèche.

Pour celles et ceux qui auront les moyens d’y résider… 1949 euros par mois, le tarif médian des EHPAD représente 114% du revenu mensuel d’un.e retraité.e, avant aides sociales attribuées sous conditions de ressources (aides au logement et aide sociale à l’hébergement)…

Revenons à Villeneuve de Berg et son EHPAD « les terrasses de l’Ibie »… Le mois dernier la direction a envoyé aux résident.e.s et aux familles un long courrier de cinq pages pour leur demander de choisir entre garder la qualité des services et payer plus ou perdre en qualité… On parie  combien que la « perte de qualité » si elle était choisie serait accompagnée d’une « légère » augmentation ?

Bientôt le passage à 2018, à l’EHAD de Villeneuve de Berg, on prépare la veillée offerte aux résident.e.s et puis le repas de fête mais gare aux excès… les résident.e.s ont appris mardi 26 décembre que les séances de gym adaptée étaient supprimées à partir de la fin décembre,..

Article 6 de la « Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance,  valorisation de l’activité : Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit être encouragée à conserver des activités.

c’était notre rubrique « les temps sont durs alors serre-toi la ceinture et boucle-la. »

Carte postale de par ici.

Moi, le matin quand je me regarde dans un miroir, quand je me mets à réfléchir avec lui… je me trouve une tête de bavure. C’est plus fort que moi.

Alors, quand je déambule sur la voie publique, c’est épidermique, la présence de nobles représentants des forces d’un ordre ne me rassure pas du tout. Difficile de se sentir en sécurité avec des gus arme à la bretelle. Et puis, sûr que nous ne sommes pas dans le même camp… Continuer la lecture

Marée bleue sur la ZAD. Quand il ne reste plus que la terreur à L’État.

article publié le 1er juin sur le Monde libertaire version web

Dans la quasi-totalité des pays, législativement parlant, le mot « pollution » qualifie la contamination d’un milieu par un agent polluant au-delà d’une norme, d’un seuil tolérable.
On peut donc dire que le déversement, à l’heure du laitier, de quelques 500 gendarmes à Sainte-Colombe-en-Bruilhois a quelque chose qui s’apparente à une pollution volontaire, un dégazage dû à Madame Patricia Willaert, la parfaite préfette du Lot-et-Garonne. Continuer la lecture

caca pipi talisme

article publié le 15 mai sur le monde libertaire version web

On parlera du scandale des poulets en batterie une autre fois…

Les Etasuniens, globalement, adorent les poulets au point que leur consommation a augmenté de 30% en une vingtaine d’années.
Les Etasuniens, globalement, se foutent de la malbouffe au point que cette augmentation a favorisé le développement de monstrueux élevages accompagnés de monstrueuses usines de transformation des volailles.
Les Etasuniens, globalement, veulent produire leurs « nuggets » et autres « chicken’s wings » à moindre coût au point qu’aux batteries de poulets succèdent des batteries d’ouvrières et d’ouvriers… Continuer la lecture