Archives pour la catégorie anecdotes et autres gourmandises

Vals avec un seul « l »…

Août 1917, les travailleurs espagnols se lancent dans une grève générale… Parmi eux, un jeune ouvrier mécanicien prône l’insurrection ouvrière et le sabotage. La grève générale est réprimée dans un bain de sang. Au sein de l’UGT (Union General de Trabajadores), on a pas vraiment l’esprit révolutionnaire : le jeune mécano est viré alors que les soldats le recherchent… Il vient alors se réfugier en France. Buenaventura Durruti, puisqu’il s’agit de lui, est accueilli par les anars. Il rencontre Sébastien Faure, Louis Lecoin, des membres de la CNT en exil et trouve le temps d’un air de guitare à Vals (avec un sel « l »)-les-Bains dans le sud ardéchois…

Buenaventura Durruti de passage à Vals le 1er septembre 1918. Photo extraite du livre "Durruti dans la révolution espagnole" d'Abel Paz

Buenaventura Durruti de passage à Vals le 1er septembre 1918. Photo extraite du livre « Durruti dans la révolution espagnole » d’Abel Paz

Merci à Fabien pour cette info.

les « intégrisses » version « Marius et Jeannette »

Dans son film sorti en 1997 « Marius et Jeanette », Robert Guédiguian aborde le sujet des intégristes.

Bon, y des trucs surprenants comme l’existence d’un dieu… Mais n’oublions pas que le personnage s’adresse à deux enfants qui croient peut-être au Père Noël comme ils croyaient précédemment à la petite souris…

« Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. » Prévert

                    Il y a un quart de siècle en arrière, je croisais bien involontairement la route d’un de mes anciens professeurs, le pire… Il m’avait prédit de finir sur l’échafaud… Afin d’abréger l’interrogatoire, je lui dis que j’habitais en Ardèche. « Ah, tu as un troupeau de chèvres !… » Je lui dis que j’étais instituteur ce qui entraîna une rafale de quintes de toux…

Pourquoi ce souvenir ? Pour vous parler d’un gus qui commence instit et qui finit berger. Lire la suite

chacun cherche son chat (15 mai 2015)

C’est bien connu, par « cheu » nous en Ardèche, comme on s’refuse rien, on a les trois sources de la Loire, le plus long fleuve de France : l’authentique parce que c’est sûr que c’est elle puisque le touring club  l’a aménagée en 1938, la géographique puisque c’est celle qu’on retrouve depuis des lustres dans les livres de géographie et enfin la véritable parce que vraiment la vraie , zone cadastrale n°87…

logo chatLa même embrouille, on la retrouve pour un brave matou hérissé… Un chat noir, deux histoires sur son apparition en France. Une chatte n’y retrouverait pas ses petits…

Lire la suite

Devinette : qui a dit ?

« Ce qu’il faut dire aux Algériens, ce n’est pas qu’ils ont besoin de la France, mais que la France a besoin d’eux. C’est qu’ils ne sont pas un fardeau ou que, s’ils le sont pour l’instant, ils seront au contraire la partie dynamique et le sang jeune d’une nation française dans laquelle nous les aurons intégrés. J’affirme que dans la religion musulmane, rien ne s’oppose au point de vue moral à faire du croyant ou du pratiquant musulman un citoyen français complet. Bien au contraire, sur l’essentiel, ses préceptes sont les mêmes que ceux de la religion chrétienne, fondement de la civilisation occidentale. D’autre part, je ne crois pas qu’il existe plus de race algérienne que de race française. (…) Je conclus : offrons aux musulmans d’Algérie l’entrée et l’intégration dans une France dynamique. Au lieu de leur dire, comme nous le faisons maintenant : « Vous nous coûtez très cher, vous êtes un fardeau », disons-leur : « Nous avons besoin de vous. Vous êtes la jeunesse de la nation »

un remarquable discours en faveur de l’intégration …

Lire la suite

Élève Courbet, au tableau (150e anniversaire de la mort de Proudhon)

courbet-proudhon
Lui, le mec sur la photo, c’est Pierre-Joseph Proudhon qui pose pour la postérité. Ok, ce n’est pas une photo mais une peinture de son ami et admirateur Gustave Courbet. Pourquoi ce portrait de Proudhon, là, maintenant ? Pour signaler que ce 19 janvier est le 150e anniversaire de sa mort ?
Que nenni… C’est pour Courbet ou plutôt pour une de ses œuvres. Lire la suite