Vidéothèque

La peste soit des chasseurs de fric… Vous allez constater que nombre de vidéos ont été retirées parce que… parce que les « propriétaires » n’ont pas apprécié de se faire pirater. Ils préfèrent donc que « leurs » vidéos ne soient pas vues plutôt que vues clandestinement. De la part de marchands d’images comme Disney, logique. Mais que des gougnafiers empêchent la diffusion de films porteurs d’idées…

Au s’cours Proudhon, les propriétaires sont des voleurs !

A l’extrême-droite du père (les infiltrés) reportage de Capa diffusé sur France 2

Le 27 avril dernier, c’est un coup de pied dans une fourmilière intégriste bordelaise que lancent Les Infiltrés. Le magazine de France 2, bâti sur le principe de l’enquête en caméra cachée, met cette fois-ci au jour les connexions entre une paroisse traditionaliste, Saint-Eloi, un groupuscule d’extrême droite, Dies Irae (dont des membres sont allés « s’entraîner » à l’étranger, la guerre sainte n’étant pas le monopole d’une seule religion…), et une école privée, le Cours Saint-Projet. Le reportage lève notamment le couvercle sur la pédagogie douteuse de cet établissement hors contrat, donnant à voir des collégiens qui fredonnent des chants ouvertement antisémites tandis qu’un professeur d’histoire qualifie de Gaulle de « déserteur ».

Brel, Brassens, Ferré : trois hommes sur la photo

263203_vignette_Brel-Ferre-BrassensBrel, Brassens, Ferré : trois hommes sur la photo. Un film-documentaire de Sandrine Dumarais. Une plongée jusqu’en janvier 1969, date où une photo (mais quelle photo !) fut prise. L’histoire enfin racontée d’une rencontre.

Des pierres contre des fusils
des pierres
Des pierres contre des fusils (Documentaire de Nicole Le Garrec) :  Une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire.Six semaines de drames et de joies, de violences et de tendresse. L’épopée d’un peuple du Cap Sizun face aux pressions de notre société moderne.

Et pourtant, ils existent – Histoire du syndicalisme d’action directe Michel Mathurin (65mn)

Combien de personnes savent que la CGT, quand elle s’est constituée, était différente des syndicats dits représentatifs actuels.

Entre 1895 et 1914, le syndicalisme révolutionnaire mise sur l’efficacité de la grève générale pour renverser d’un seul coup la démocratie bourgeoise et le régime capitaliste.

En 1906, la Charte d’Amiens est largement influencée par les partisans de l’action directe. Cette influence vient de la 1re Internationale, de la Commune, de la Fédération des bourses du Travail lancée par Fernand Pelloutier et traversée par le courant anarcho-syndicaliste.

Cet héritage sera revendiqué par la CGT-SR de 1926 à 1939 et la CNT depuis 1946.

Fini de rire – Documentaire d’Olivier Malvoisin (France/Belgique , 2012, 52mn)

Et si les dessins de presse nous faisaient revenir sur les faits importants  survenus depuis 2 000. et les témoignages de dessinateurs de presse. Au fil du récit, des témoignages des dessinateurs de presse, en Israël, en Palestine, au Maroc, en France, en Belgique et aux États-Unis, le crayon dessine  la silhouette des tabous contemporains et pose la question très tendance en ce moment : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ?

Inculture(s) 5 : Le travail – Franck Lepage et Gaël Tanguy

Une vidéo longue comme toutes les conférences gesticulées de Franck Lepage mais tellement énorme. Une conférence gesticulée est une forme scénique mélangeant du savoir froid sur un sujet, et notamment de la radicalité (revenir aux racines de ce sujet), les histoires de vie des conférenciers-gesticulants par rapport à ce sujet, de l’humour et de l’auto-dérision, et un atterrissage politique (ce qu’on peut faire pour agir sur ce sujet).

L’explosion (documentaire de Jérôme Champion 2007)

Nucléaire

première partie de ce documentaire « Nous avons suivi Jean Noël qui milita alors contre l’installation de cette centrale nucléaire. Avec lui, petit à petit nous retrouvons celles et ceux qui ont lutté. Une série de onze portraits se dessinent, et à travers eux, l’histoire des luttes de Chooz et de Vireux nous est relatée. 25 après, bien plus qu’une histoire qui nous est racontée, c’est sur notre actualité que nous nous interrogeons. »

Deuxième partie « Quand une partie de l’histoire du nucléaire en France rencontre une partie de l’histoire ouvrière, cela peut provoquer une explosion d’un cocktail étonnant, mélangeant les peurs de l’explosion nucléaire, les mécontentements de l’explosion sociale et les départs discrets de l’explosion territoriale. »

Troisième partie « Le film L’explosion est retourné à Chooz, dans les Ardennes, 20 ans après que s’y soit déroulée une virulente opposition à la construction de la centrale nucléaire. »

Attention : le texte lié aux liens ne correspond pas forcément au lien associé.

Gaston Couté (entretien et extraits avec Gérard Launay et Robert Spianti

Gaston Couté, poète et chansonnier libertaire présenté par un de ses nombreux interprètes

en bonus : Les électeurs

L’an 01 film de Doillon, Gébé, Resnais, Rouch.

Ce film de 1973 sent bon les idées libertaires d’après 68 ou comment rompre avec la logique de productivisme et le capitalisme. Imaginez une société où les gens prennent leur vie en main, décident de ce qui est bon pour eux, refusent de suivre le canevas tissé par des spécialistes de la vie des autres , par une  avant-garde maoïste ou trotskyste (et à l’époque, ça ne manquait pas)… bref une société où les gens sont les acteurs de leur propre vie. Bref, une société anarchiste….

La ferme des animaux (film d’animation de 1954)


Les animaux d’une ferme sont opprimés par un fermier brutal et stupide, John, dont la ressemblance avec le tsar Nicolas II est volontaire. Lorsqu’un vieux cochon, Sage l’Ancien — métaphore pour Karl Marx ou Lénine —, leur fait prendre conscience de leur aliénation. Ils se rebellent alors, chassent le fermier et créent une société égalitaire, gouvernée par les plus malins d’entre eux, les cochons. À leur tête, Boule de Suif (Trotsky) et César (Staline) édictent de nouvelles lois peintes sur les murs de la grange, en particulier ce commandement révolutionnaire : « Tous les animaux sont égaux »…Une véritable dictature se met lentement en place. Il est clair que les fomenteurs de la révolution ont trahi leurs idéaux . Une nouvelle inscription apparaît sur le mur : « Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres »… Cette version atténue la virulence du roman, mais lui reste assez fidèle à l’exception de l’épilogue. Chez Orwell les animaux épuisés et désespérés assistent impuissants au festin des cochons avec leurs associés humains, alors qu’ici, aidés par les animaux de fermes avoisinantes, ils se révoltent avec succès contre les cochons. Cette dernière est cependant pleinement justifiée étant donné que Staline est mort durant la production du film…

La grande guerre 1914 1918 – Fusillés pour l’exemple.

Un documentaire historique sur ces pauvres bougres assassinés pour l’exemple par l’armée française.

Léo Ferré récital au Théâtre des Champs Elysées

Le récital fut enregistré par Guy Job au Théâtre des Champs-Élysées les vendredi 6 et samedi 7 avril 1984. Il dure trois heures.

Le pantalon (Yves Boisset)

affiche-Le-Pantalon-1997-1

Un pauvre bougre se retrouve englué dans la grande tuerie de 1914. Il demande un pantalon pour supporter le froid, refuse celui qu’on lui propose et qui pue la mort… Bon pour le conseil de guerre. Tiré de l’excellent livre éponyme de l’excellent Alain Scoff.

L’erreur boréale (Richard Desjardins)

«Richard Desjardins fait non seulement le bilan du «pillage» de la forêt boréale du Québec par les multinationales, les barons d’ici et leurs «valets» institutionnels, mais il invite surtout à la remise en question de leurs privilèges : une question maintenant de «légitime défense». Louis-Gilles Francoeur, Le Devoir, 9 février 1999

L’île aux fleurs (Documentaire de Jorge Furtado)

Outil de réflexion sur les dérapages qui apparaissent dans une société lorsque l’être humain n’est plus prioritaire. Ce documentaire de 1989 fout une claque salutaire au commerce et une douche écossaise au spectateur. 12 minutes monty-pythonnesques pour réfléchir.

Louise Michel la rebelle (téléfilm de Solveig Anspach)

19231472

« Quand on m’a proposé de réaliser ce film sur Louise Michel, je dois avouer que j’ignorais tout d’elle » déclare Solveig Anspach avant la projection en avant-première de Louise Michel, la rebelle, devant une salle comble. À voir l’émotion et l’effacement de la réalisatrice devant ce très beau portrait de la révolutionnaire, il est clair que ce projet et le tournage du film ont été une expérience marquante, pour la rencontre avec le personnage de Louise et la population canaque. Que reste-t-il de la mémoire de Louise Michel depuis sa déportation en Nouvelle-Calédonie et de son engagement auprès des Canaques ? Le tournage sur les lieux de déportation a fait renaître la mémoire de cette femme anarchiste exceptionnelle, mais aussi le lien à cette période douloureuse de la colonisation de l’île. Solveig Anspach a d’ailleurs déroulé l’œuvre d’un artiste canaque représentant Louise Michel devant le public avant la projection du film. (extrait de la critique du film parue sur le site de Divergences)

Lucio Urubia anarchiste, maçon et faux-monnayeur


« Lucio l’anarchiste » LUCIO URTUBIA est né à Cascante (Navarre) en 1931. En 1954, après avoir déserté, il se réfugie en France et travaille comme ouvrier du bâtiment. En 1957, c’est la rencontre de sa vie avec Fancisco Sabaté, dit Quico, le célèbre guérillero anarchiste. Commence alors, pour financer la lutte contre Franco et l’impérialisme, une longue série « d’expropriations » (braquages), de « récupérations » de matériels divers (notamment d’imprimerie), de fabrications de faux papiers et autre fausse monnaie, d’enlèvements… En 1979, il passe à la vitesse supérieure et fait imprimer pour plusieurs milliards d’anciens francs de faux travellers chèques. Ce sera le début des ennuis et de la légende car, devant l’ampleur et la qualité de l’arnaque, la First National City Bank en sera réduite à mettre un genou en terre et à « négocier ».

Mains brunes sur la ville – Vivre dans une commune dirigée par le FN

20027095.jpg-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ? A Orange et Bollène, le couple infernal Bompard (FN puis Ligue du Sud) sont élus depuis de nombreuses années maires et conseillers généraux. Ils appliquent leur programme…

Majorité opprimée

Majorite_opprimee-400x527MAJORITE OPPRIMEE, un film d’Eléonore Pourriat (2010) L’idée de départ semble assez pertinente : inverser les rôles pour rendre compte du sexisme de la société dans laquelle on vit et surtout du traitement des femmes dans celle-ci.Ça saute aux yeux dès les premières secondes, la rue est peuplée de femmes, elles fument sur un banc, sifflent un mec, courent le torse nu : elles sont absolument partout. La figure d’inversion prend tout son sens quand on sait que dans notre société, ce sont les hommes qui peuplent la rue – surtout à partir d’une certaine heure-. Ce sont les hommes qui prennent le plus de place dans la rue et les transports, ce sont les hommes qui prennent le plus la parole, ce sont les hommes qui circulent le plus. On y fait rarement attention mais la rue appartient aux hommes.

« Ne vivons plus comme des esclaves »

« Ne vivons plus comme des esclaves » film documentaire franco-grec de Yannis Youlountas, qui donne la parole à la résistance grecque, montre les nombreuses créations d’alternatives et questionne l’esclavage moderne en Grèce et ailleurs.

« Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme » Film de Patrick Barbéris et Tancrède Ramonet

En revenant sur tous les grands événement de l’histoire sociale des deux derniers siècles, Ni Dieu Ni Maitre dévoile pour la première fois l’origine et le destin de ce courant politique qui combat depuis plus de 150 ans tous les maîtres et les dieux.
A partir d’images d’archives inédites ou oubliées, de témoignages des plus grands spécialistes mondiaux et de documents exceptionnels, cette série documentaire raconte l’histoire d’un mouvement qui, de Paris à New York et de Tokyo à Buenos Aires, n’a eu de cesse de souffler son vent de liberté et de révolte sur le monde.

« Notre dame des luttes » documentaire de Jean-François Castell

Portraits & Chronique des Luttes du 17 Novembre à la mi-Décembre 2012, autour des nouvelles cabanes de la ChaTeigne de la Z.A.D à Notre-Dame-des-Landes. « Le documentariste Jean-François Castell a passé trois semaines au cœur de la Zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes et nous livre, son regard « à hauteur d’homme » sur cette lutte qui a pris une ampleur exceptionnelle depuis le début de la répression policière, le 16 octobre et surtout avec la manifestation de réoccupation du 17 novembre. A visage découvert, les activistes venus de partout décrivent cette « fraternité » qu’ils ont trouvé dans l’organisation autonome de cette lutte. »

« Tous au Larzac »

« Tous au Larzac » Documentaire de Christian Rouaud : Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’État, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux…
« Tous aux barricades »

SLA_Merlieux_2013_affiche

« Tous aux barricades ! » Un documentaire de Renzo sur le salon du livre anarchiste à Merlieux organisé par le groupe Kropotkine de la Fédération Anarchiste. Présentation de Radio Libertaire, Le Monde Libertaire, CIRA etc.

Vivre l’utopie

« Vivre l’utopie » Documentaire de Juan Gamero, F. Rios, Mariona Roca, Mitzi Kotnik, sur l’Espagne libertaire de 1936 dans lequel une trentaine d’anciens militants anarchistes témoignent de l’application concrète de l’anarchisme par plusieurs millions de personnes en Catalogne et en Aragon.