Archives mensuelles : juin 2016

IL est là… Le Monde libertaire n°1780

ML_1780Édito du Monde Libertaire N° 1780

Le 19 juillet 1936, il y a 80 ans, la révolution sociale en Espagne débutait.
Cette histoire longtemps occultée et encore largement méconnue du grand public est le seul exemple historique du prolétariat réussissant à organiser la production économique sur des bases libertaires, tout en s’opposant au fascisme les armes à la main.
Du concret quoi… des propositions, des réalisations, des réflexions que tous ceux qui ont participé à cette révolution ont légué aux générations suivantes. Car ce n’est pas la nostalgie qui nous a motivé pour faire ce dossier mais c’est l’idée, partagé au sein du comité de rédaction, que connaître le passé permet de vivre le présent et préparer le futur.
Bien sûr, l’idée d’un avenir anarchiste en fait ricaner plus d’un. Mais dans le présent, que voit-on ? Des assemblées générales la nuit, ou le jour, qui fonctionnent avec des commissions et des mandaté.e.s au mandat impératif, des syndiqué.e.s qui pratiquent la grève, le blocage, le sabotage chers aux anarchistes, des personnes qui s’organisent sans chef pour la production et la distribution…. Certes tout n’est pas parfait mais l’émancipation, l’autonomie individuelle, l’organisation directe de nos vies sont des chemins longs et sinueux qui restent fondamentaux car pour nous, anarchistes, les moyens doivent rester en adéquation avec la fin.
¡ Feliz cumpleaños y viva la anarquía !
Le prochain Monde Libertaire sera livré en septembre 2016 avec une nouvelle équipe au Comité de Rédaction mandatée au dernier congrès de la FA. Car n’oublions pas que ce journal est en gestion directe par des mandaté.e.s militant.e.s à la FA et qu’il n’a pas de Dieu ni de Maître…

Lire la suite

Marée bleue sur la ZAD. Quand il ne reste plus que la terreur à L’État.

article publié le 1er juin sur le Monde libertaire version web

Dans la quasi-totalité des pays, législativement parlant, le mot « pollution » qualifie la contamination d’un milieu par un agent polluant au-delà d’une norme, d’un seuil tolérable.
On peut donc dire que le déversement, à l’heure du laitier, de quelques 500 gendarmes à Sainte-Colombe-en-Bruilhois a quelque chose qui s’apparente à une pollution volontaire, un dégazage dû à Madame Patricia Willaert, la parfaite préfette du Lot-et-Garonne. Lire la suite

Au service de l’État, la police réprime, opprime / Communiqué de la Fédération anarchiste

violences flics 14 juinDepuis le début du mouvement social contre la loi El Khomri dite « loi travail », nous assistons à une provocation systématique des forces de l’ordre, non seulement à Paris mais dans toutes les grandes villes. Les scénarios sont toujours les mêmes, les cortèges démarrent, la police provoque, lance quelques grenades lacrymogènes et/ou de désencerclement et donne quelques coups de matraques. Les manifestants répliquent et nos braves journalistes au cœur de l’action ne retiennent que les affrontements entre méchants manifestants et gentille police dans leur journal (pouvions nous attendre autre chose de leur part ??? non).

Le pouvoir – car ne nous voilons pas la face – ce n’est pas la police qui attaque de son propre chef les manifestations – mise sur une impopularité des grèves, déclenchant à chaque mouvement social des heurts et de fait essaie de criminaliser les manifestants en ne retenant que les attaques faites contre la police. Lire la suite

comme une journée sans pain

article publié le 24 mai sur le Monde libertaire version web

Jean Val, se sent devenir ventriloque. Quelque part dans son corps, entre l’œsophage et le duodénum, il y a truc comme une poche d’air, un ballon, une montgolfière. Le genre de truc qui se tord et qui fait mal et qui crie. Un estomac vide, c’est tout con mais c’est tout là.
« Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim […] »
(Jacques Prévert, « La grasse matinée »)
Lire la suite

caca pipi talisme

article publié le 15 mai sur le monde libertaire version web

On parlera du scandale des poulets en batterie une autre fois…

Les Etasuniens, globalement, adorent les poulets au point que leur consommation a augmenté de 30% en une vingtaine d’années.
Les Etasuniens, globalement, se foutent de la malbouffe au point que cette augmentation a favorisé le développement de monstrueux élevages accompagnés de monstrueuses usines de transformation des volailles.
Les Etasuniens, globalement, veulent produire leurs « nuggets » et autres « chicken’s wings » à moindre coût au point qu’aux batteries de poulets succèdent des batteries d’ouvrières et d’ouvriers… Lire la suite