Archives mensuelles : mars 2015

Travailler pour gagner sa vie, chômer pour la perdre (28 mars)

112 flics morts en service depuis le 1er janvier 2000. Pour les militaires, plus difficile de chiffrer… entre 210 et 220 morts au cours d’opérations extérieures.
Allez, soyons généreux… 350 gens d’armes morts d’un accident du travail en un peu plus de 14 ans.
Raisonnablement, 350 cérémonies officielles pour honorer le sacrifice de ces « morts pour la défense du Pouvoir en place et de ses intérêts géostratégiques »
350 morts en un peu plus de 14 ans… tragédie nationale… « À moi les Invalides, le Panthéon, le Musée Grévin ! Entre ici, Jean Moulin !!! »

Pour la seule année 2000, 746 accidents mortels du travail se sont produits...  Continuer la lecture

Liberté pour Alexandr Koltchenko, antifasciste de Crimée, kidnappé et emprisonné par l’Etat russe ! (23 mars)

11054355_608351269297993_4745115091847527582_nDepuis plusieurs années, A. Koltchenko est connu en Crimée pour ses engagements antifascistes, syndicaux, anarchistes, écologistes. Ayant diffusé un film sur l’assassinat de la journaliste indépendante criméenne Anastasia Baburova, à Moscou en 2009, il avait déjà été attaqué au couteau par une bande fasciste. Continuer la lecture

« Vote, c’est pour ton bien… » (22 mars)

   Durant son enfance, Monsieur ou Madame Lambda devait subir les diktats alimentaires de l’autorité parentale. Monsieur ou Madame Lambda détestait les épinards. En 1870, tandis que l’armée prussienne taillait des croupières à l’armée française du côté de Sedan, un biochimiste allemand – Emil von Wolf – s’était planté en évaluant la quantité de fer contenu dans ces légumes de malheur. Résultat, Monsieur ou Madame Lambda devait ingurgiter une assiettée de bouse verdâtre tous les dimanches sous peine de filer dans sa chambre les fesses en feu. Le pouvoir parental était redoutable… Capable de faire avaler n’importe quoi. « C’est pour ton bien ! »

Monsieur ou Madame Lambda a grandi. Maintenant, Monsieur ou Madame Lambda peut choisir d’avaler ou non tel ou tel aliment. Fini le pouvoir parental. Mais la nature a horreur du vide… Le Pouvoir majuscule prend le relais. Gare à l’immangeable… Continuer la lecture

« L’an 01 », 42 balais et pas une ride… ou presque.

Lan-01Rajouté dans la vidéothèque, « l’an 01 » film de Jacques Doillon, Gébé (parce que le film est tiré d’une de ses bédés éponyme), Alain Resnais (pour la partie américaine) et Jean Rouch (pour l’épisode en Afrique, Jean Rouch étant un pro des films ethnographiques en Afrique en particulier chez les Dogons du Mali).

Bien que sorti en 1973, ce film est toujours d’actualité…

Fukushima (4 ans après) : « la coulpe vient d’autrui mais notre est le dommage… »

Le 11 mars 2011, un tsunami dévastateur + une compagnie japonaise d’électricité TEPCO opaque, criminelle bref capitaliste + un gouvernement amnésique à la solde du lobby nucléaire = une catastrophe nucléaire majeure offert à l’humanité présente et future.

Détail d'une photo-art "Radiation" de Ivan Khoenko

Détail d’une photo-art « Radiation » de Ivan Khoenko

Le 11 mars 2015, trois radios actives (Radio Galère sur Marseille et sur le net, Radio Libertaire sur la région parisienne et sur le net et Radio Zinzine sur la Provence et sur le Net) se sont associées pour une journée spéciale.

A cette occasion, un texte a été lu dans les studios de Radio libertaire (lien dans la colonne de droite à la rubrique outils de la FA). Le voici : Fukushima11mars2015RIBAULT-1

Mangiamerda

Ga’s de Saint-Etienne, Alain Meilland a débuté avec Bernard Lavilliers, bossé avec Jean Dasté – un sacré théâtreux – avant de rencontrer, printemps 68, Léo Ferré. Mais plus que Léo, ce sont surtout Paul Castanier son pianiste et Maurice Frot son secrétaire qui vont avoir une place de choix dans la vie d’ Alain Meilland. On retrouve même Maurice Frot et Alain Meilland à l’origine du Printemps de Bourges

Mangiamerda, c’est un morceau à la Léo, c’est sûr. La voix  a des intonations à la Philippe Val lorsque ce dernier était encore écoutable. Le texte est de Frot et de Meilland tandis que la musique est de Paul Castanier.

Un cogne, ça cogne. C’est à ça qu’on l’reconnaît… (13 mars)

Trouvé sur le blog du groupe Salvador Seguì (lien colonne de droite)

La violence de la police est quotidienne lors des contrôles qui mènent bien souvent, sous n’importe quel prétexte, à une garde-à-vue et, pour ceux et celles qui n’ont pas les bons papiers, au centre de rétention. Dimanche 7 mars 2015 lors d’une énième opération de contrôle à Barbès (Paris), les flics du quartier ont arrêté A. après l’avoir tabassé. Il est aujourd’hui enfermé au centre de rétention de Vincennes et raconte comment s’est déroulée son arrestation et la garde-à-vue :

Continuer la lecture

Le 9 avril, ne pas s’abstenir de descendre dans la rue… (12 mars)

9 avril 1834 : Les «bistanclaque-pan» ont fait place au tumulte montant de la rue… Les ouvriers de la soie, les canuts, se soulèvent après que des meneurs (en fait des mutuellistes) aient été traduits en justice pour avoir dénoncé des baisses de salaires et fait grève en février, rajoutons le vote de la loi contre les associations ouvrières… C’est la deuxième insurrection des canuts.
« bistanclaque-pan » Continuer la lecture